La directrice générale du Port Autonome de Conakry a reçu en audience ce vendredi, 26 juillet 2019, l’Union des Femmes de la Guinée Forestière pour la Paix et le Développement (UFEPAD). Ces dames sont venues annoncer à madame Aïssata Aribot qu’elles l’ont choisie comme marraine de leur nouvelle organisation. Leur objectif est de s’unir pour promouvoir le controversé projet de nouvelle constitution, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était sur place.

Madame Cristine Sagno, ancienne ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, présidente du conseil d’administration de l’ANAFIC et coordinatrice l’Union des Femmes de la Guinée Forestière pour la Paix et le Développement

L’UFEPAD est une association qui promeut le projet de nouvelle constitution et qui est dirigée par madame Christine Sagno, ancienne ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Devant la directrice Aïssata Aribot, Christine Sagno a expliqué le motif de leur présence dans ses locaux. « Toutes les femmes que vous voyez ici aujourd’hui sont de la forêt. Ça commence de Kissidougou jusqu’à Yomou ; elles sont toutes représentées ici. C’est elles qui m’ont mandaté pour venir dire à madame la directrice générale du port qu’elles ont créé une association qu’on appelle Union des Femmes de la Guinée Forestière pour la Paix et le Développement.

Elles évoluent dans la sensibilisation des communautés, et elles expriment aussi leur soutien à la nouvelle constitution. Donc, elles se sont retrouvées, elles ont pris la décision de vous désigner comme marraine de l’union. Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour vous exprimer ce choix. Ce n’est pas fait au hasard : vous êtes une femme de carrière, vous êtes une femme brave. Donc, notre choix n’a pas été fortuit », a-t-elle déclaré.

La présidente du conseil d’administration de l’ANAFIC a mis l’occasion à profit pour annoncer à la maman de leur association qu’elles s’apprêtent à aller en Guinée Forestière pour battre campagne en faveur du projet de nouvelle constitution. « Le groupe doit se déplacer pour aller à l’intérieur. C’est vrai qu’on n’a pas encore fixé la date, mais c’est imminent. Nous devons nous déplacer en commençant par Kissidougou jusqu’à Yomou pour la sensibilisation.

Et après cette sensibilisation, à notre retour à Conakry, on a l’intention d’organiser un grand meeting de sensibilisation pour le soutien à la nouvelle constitution au Palais du peuple. Nous savons que vous êtes très occupée, vous ne pourrez pas faire le déplacement avec nous, mais vous allez clôturer l’évènement avec nous à Conakry », a-t-elle souhaité.

Madame Aïssata Aribot, Directrice Générale du Port Autonome de Conakry
Madame Aïssata Aribot, Directrice Générale du Port Autonome de Conakry

Dans son discours réponse, madame Aïssata Aribot a exprimé sa reconnaissance aux membres de l’association pour le choix porté sur sa personne parmi tant d’autres femmes. Elle a promis d’accompagner cette association pour l’atteinte de ses objectifs qu’elle partage largement d’ailleurs. « Je suis comblé et je suis contente de vous recevoir ici au port. Je suis la coordinatrice de Kaloum, je suis fille de Kaloum. Vous avez dit que vous voulez faire le grand tour. Quand vous finissez de faire le grand tour, au finish, vous allez trouver les gens de Kaloum. Ils seront là, la Basse Côte va vous accueillir. Il y aura un mariage entre la Basse Côte et la Guinée forestière pour accompagner le professeur Alpha Condé. La Forêt et la Basse Côte, nous sommes liés par l’Histoire et la Géographie. (…)

La constitution, c’est un document juridique qu’il faut revoir, il faut faire une relecture. Quand un document est caduc, il comporte des défaillances, il faut le corriger. Et quand on doit corriger, il y aura de nouvelles insertions que nous devons faire. Avant, il y avait beaucoup de choses qu’on ne faisait pas, qui n’existaient pas, mais il faut les insérer pour qu’on l’adapte aux réalités actuelles. Nous allons vous accompagner en Forêt. Malgré notre calendrier chargé, on sera en Forêt avec vous. Nous allons faire Kissidougou, Guéckedou, Macenta, N’zérékoré, Yomou, Lola et Beyla. Et la Basse Côte aussi, nous allons faire le grand tour pour terminer à Kaloum », a-t-elle promis.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin