Accusée de vol d’habits dans un magasin situé au grand marché de Madina, Aminata Camara a comparu hier, jeudi 25 juillet 2019, devant le tribunal correctionnel de Mafanco. Elle a nié systématiquement les faits qui lui sont reprochés, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

3 500 pièces, composées de pantalons Jeans, de sous-vêtements et de t-shirts. Ce sont les habits que Aminata Camara et Fodé Sylla sont accusés d’avoir volé en mai dernier dans un magasin situé au marché de Madina (le plus grand du pays). La dame a été arrêtée et placée sous mandat le 17 mai 2019, tandis que l’autre prévenu (Fodé Sylla) a pris la fuite. En comparaissant devant le tribunal correctionnel de Mafanco, Aminata Camara a rejeté les accusations portées contre elle. Elle explique que le jour où le vol en question aurait eu lieu, elle était venue à Madina pour présenter ses condoléances à une famille endeuillée par un décès.

« J’ai trouvé qu’ils ont envoyé le corps à Coyah pour l’enterrement. J’ai passé donc la nuit là-bas. Et, à 4 heures du matin, je voulais aller aux toilettes. J’ai dit à ma petite sœur de m’accompagner parce que nous étions au deuxième étage et les toilettes se trouvent au rez-de-chaussée. Elle m’a accompagnée. Mais, j’ai trouvé qu’il y a des sacs d’ordures à la rentrée des toilettes. J’ai tenté donc de les pousser. C’est ainsi que le gardien des magasins, Mountaga Diallo, a envoyé des agents pour m’interpeller en disant que c’est moi qui ai défoncé les portes
des magasins pour faire sortir les marchandises. Or, moi, je n’ai pas
vu des marchandises, mais plutôt des sacs d’ordures », a soutenu la prévenue.

Après les explications d’Aminata Camara, le procureur a sollicité la comparution de Mountaga Diallo, à titre de témoin. A la barre, le gardien a indiqué que c’est à 17 heures qu’il a vu Aminata Camara et une certaine Halima monter à l’étage où il y a eu le décès. « Elles sont restées là-bas, jusqu’à 23 heures. Après elles sont venues défoncer les portes des magasins. Elles ont fait sortir les sacs d’habits et les ont laissés dehors. Directement, je suis allé chercher deux agents pour attendre ceux qui viendront chercher les sacs d’habits. On est restés là-bas jusqu’à 2 heures du matin.

Aminata est venue avec Fodé Sylla pour prendre les sacs. Mais, je me suis
opposé. J’ai dit que les sacs ne bougeront pas. C’est ainsi qu’elle (Aminata Camara) est allée, elle aussi, chercher des agents de la BAC. Ceux-ci sont venus
avec elle. Ils m’ont dit que les agents que j’ai envoyés ne sont
pas armés. Ils doivent donc quitter immédiatement les lieux. Ainsi, les agents ont quitté. Dès qu’ils sont partis, les agents de la BAC m’ont tabassé et m’ont tabassé. Pendant qu’ils me maltraitaient, Aminata Camara et Fodé Sylla ont embarqué les marchandises. Et le lendemain, elle a été arrêtée avec les sacs », a-t-il dit.

Finalement, le tribunal a renvoyé le dossier au 12 septembre 2019 pour les réquisitions et plaidoiries.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin