Doko (Siguiri) : le guérisseur, Sékou Dapompa Keïta à couteaux tirés avec la société minière RRMS

Le célèbre guérisseur, Sékou Dapompa Kéita
Le célèbre guérisseur, Sékou Dapompa Kéita

Un conflit domanial oppose le célèbre guérisseur, Sékou Dapompa Kéita, et la société minière française, RRMS. Le domaine en question est situé à Fanka, dans la sous préfecture de Doko, relevant de la préfecture de Siguiri. Sékou Dapompa Kéita, qui réclame 34,47 hectares sur les 605,50 que compte le domaine, poursuit la société en justice, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ce conflit a fait couler beaucoup d’encre et de salive à Siguiri. Selon Sékou Dapompa Keïta, la société sonde et exploite frauduleusement son domaine à Fanka et exporte les produits vers le Mali. « Vous les appelez société ? Non. Pour moi, ce n’est pas une société, mais des voleurs. Pourquoi je dis cela, ils sont venus exploiter mon domaine illégalement, il y a 4 ans, sans aucun papier. Ils prennent de l’or et exportent au le Mali sous le regard silencieux du gouvernement. Quand j’ai protesté, ils ont voulu négocier avec moi. Je leur ai donné une plateforme, ils ont refusé et nous sommes partis à la justice. Le tribunal de Siguiri a tranché en ma faveur. Ils sont partis donner de l’argent au juge de Kankan qui a rendu une décision en leur faveur. Quand j’ai protesté, ils sont partis prendre des bérets rouges contre nous », a dénoncé monsieur Kéita.

Une information démentie par le directeur général de la société RRMS, Gaétan Sornin. « Nous sommes une société de recherche, pas d’exploitation. Il y a un laboratoire d’analyses des échantillons au Mali. Nous avons un permis de recherche, délivré par le ministre des Mines et de la Géologie, c’était en 2015 à l’époque de Kerfala Yansané. Quand nous sommes allés sur le terrain, on a indemnisé tous les riverains. Lorsque nous avons commencé le travail, Sékou a présenté son titre foncier, réclamant une partie. Nous avons voulu régler à l’amiable avec lui. Mais, il a demandé plus 15 milliards de francs guinéens, ce qui est même supérieur à notre budget. Nous sommes partis au procès. Siguiri a tranché en sa faveur. Nous avons fait appel à Kankan. Kankan a demandé la direction des mines dévaluer les dégâts pour le dédommager et nous allons continuer notre travail. Nous avons envoyé des bérets rouges, mais c’était contre les burkinabés qui travaillaient sur le site », a expliqué Gaétan Sornin.

A rappeler que Sékou Dapompa Keïta a rejeté la décision du juge de la Cour d’Appel et demande au premier président de la Cour de changer le juge qu’il qualifie de partial dans ce dossier.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS