BEPC/2019 : « le travail est le seul secret de la réussite », dit la 2ème de la région de Kindia

Issiagha Djiba Diallo, 2ème de la région de Kindia et 1ère de la préfecture de Télimélé au BEPC 2019
Issiagha Djiba Diallo, 2ème de la région de Kindia et première de Télimélé au BEPC

Dans la région de Kindia, deux jeunes filles ont occupé les deux premières places au Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) pour la session 2019. Djénabou Barry et Issiagha Djiba Diallo, viennent respectivement de Dubréka et de Télimélé avec la mention « Très Bien ». Après avoir donné la parole à Djénabou Barry, Guineematin.com a eu un entretien avec la deuxième dans la journée d’hier, mercredi 31 juillet 2019. L’heureuse demoiselle a tout d’abord dit sa joie avant d’expliquer comment elle en est arrivée là.

Guineematin.com : vous avez passé cette année le BEPC avec un grand succès. Vous vous êtes classée deuxième dans la région de Kindia. Je rappelle que vous venez du lycée-collège Sarékali, dans la préfecture de Télimélé. Ça n’a pas été facile on imagine…

Issiagha Djiba Diallo : ça n’a pas été du tout facile, mais pas aussi difficile. Le seul secret de la réussite, c’est de travailler, de bosser et prendre en considération ce que tu peux faire. Ça n’a pas été du tout facile pour moi, parce que j’étais un peu malade. Mais bon, j’ai tenu le coup. J’ai révisé et j’ai fait mon mieux et j’ai passé. Il y a une fille qui m’a terrassée (la première de la région, ndlr), mais je suis vraiment contente…

Guineematin.com : comment l’année scolaire s’est passée ? La grève du SLECG de trois mois ne vous a pas perturbée ?

Issiagha Djiba Diallo : avec la grève, j’étais un peu perturbée. Mais bon, comme j’avais des professeures à la maison, je travaillais à la maison, tantôt on partait à l’école. S’il n’y avait pas cours, on revient à la maison. Je ne me suis pas découragé à cause des grèves quand même. C’est quelque chose de politique, ça nous concerne, mais ça n’a pas gâché ce que je voulais faire. Je révisais à la maison, mes cahiers, mes exercices. La nuit, je révisais avec mes professeurs.

Guineematin.com : vous révisiez seule ou alors vous apparteniez à des groupes de révision ?

Issiagha Djiba Diallo : je révisais de façon individuelle la nuit. Mais, pendant la journée, j’avais un groupe de révision à l’école, avec les professeurs.

Guineematin.com : quelles sont les matières dans lesquelles vous pensez avoir travaillé pour occuper cette deuxième place dans la région de Kindia ?

Issiagha Djiba Diallo : moi au fait, je travaillais en Français. J’aime trop le Français. En Mathématiques, peut-être que c’est là que la première de Kindia (Djénabou Barry de Dubréka, ndlr) m’a terrassée. Parce que je ne suis pas bien en Maths, mais en Français, là je suis bien.

Guineematin.com : il y a une fille qui s’est placée première dans la région de Mamou, deux autres filles se sont illustrées dans la région de Kindia. On voit de plus en plus de filles s’imposer au même titre que les garçons. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Issiagha Djiba Diallo : nous volons dire aux hommes que la femme doit être considérée. D’ailleurs, le sujet de l’Education Civique et Morale portait sur ça. C’est une question qui était basée sur les droits de la femme, ressortir l’importance de la femme dans la nation et la place qu’elle occupe au sein du foyer.

Guineematin.com : vous êtes admise de très belle manière, vous partez pour le lycée. Que comptez-vous faire, les Sciences Sociales ou les Sciences Exactes ?

Issiagha Djiba Diallo : je compte faire les sciences sociales, parce que j’aimerais faire le journalisme plus tard.

Guineematin.com : vous avez des camarades qui n’ont pas pu avoir cette chance, qui n’ont pas pu décrocher le BEPC. Quel conseil avez-vous à leur prodiguer ?

Issiagha Djiba Diallo, 2ème de la région de Kindia et 1ère de la préfecture de Télimélé au BEPC 2019
Issiagha Djiba Diallo, 2ème de la région de Kindia et 1ère de la préfecture de Télimélé

Issiagha Djiba Diallo : moi-même en personne, c’est ma deuxième fois de faire le BEPC. Mais, je ne me suis pas découragée. Je pouvais me taire et ne pas le dire, parce que je suis lauréate. Mais, j’aimerais juste rappeler aux gens qui n’ont pas eu le BEPC, de ne pas se décourager. Ce n’est pas une course de vitesse et ce n’est pas la fin du monde. Je leur demande de bosser et l’année prochaine, ça ira avec l’aide de Dieu.

Guineematin.com : est-ce que vous avez un dernier mot ?

Issiagha Djiba Diallo : oui bien sûr. Je remercie mes professeures, précisément ceux du lycée de Sarékaly, mon proviseur, monsieur Diouldé, monsieur Camara. Je suis contente et très fière d’eux. Sans eux, ça n’aurait pas marché. Je remercie ma maman et mon papa, qui m’a vraiment soutenu et qui m’a toujours encouragé. Mon papa m’a dit, ma fille il ne faut pas te décourager et ce n’est pas la fin du monde. Il m’a cherché un professeur.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS