Comme annoncé précédemment, le gouvernement guinéen a décidé de revoir à la hausse le prix du carburant. Le prix du litre est passé de 9 500 à 10 000 francs guinéens à la pompe à partir de ce 1er août 2019. Le gouvernement justifie cette augmentation par la montée des cours mondiaux de pétrole.

Au lendemain de l’annonce de cette décision, un reporter de Guineematin.com a tendu son micro à certains citoyens de Conakry qui ont donné leur avis là-dessus. Nous vous proposons ci-dessous leurs réactions.

Mohamed Soumah
Mohamed Soumah

Mohamed Soumah, citoyen rencontré à Bambéto : ce gouvernement n’a pas pitié de ces citoyens. Je ne sais pas sur quels critères ils se sont basés pour augmenter. Déjà le pouvoir d’achat du guinéen est très bas, tout le monde souffre, les gens vivent du jour au jour. Il y a la tristesse partout. Avec 9 500 GNF, les gens se plaignaient, et s’ils viennent maintenant à 10 000 GNF, je ne sais pas comment nous pourrons nous en sortir. Ce que je demanderais vraiment, s’ils veulent, s’ils ont la volonté de faire quoi que ce soit, ils n’ont qu’à diminuer leurs salaires, le budget de fonctionnement de la présidence ou ceux de certains ministères pour faire un réajustement. Mais c’est vraiment anormal qu’on fasse souffrir les citoyens comme ça.

Monsieur Barry

Monsieur Barry, citoyen rencontré à Dixinn : comme tous les Guinéens, j’ai appris sur les réseaux sociaux que le prix de l’essence est repassé de 9 500 à 10 000. Si je dis repassé, c’est parce qu’il était à 10 000, il est redescendu à 9 500. Donc, si le prix revient à 10 000, je crois qu’il n’y a pas tellement à se plaindre sur une différence de 500 GNF. Parce que déjà au niveau des stations-service, dans certaines stations en tout cas, on continuait à acheter le litre à 10 000 GNF même s’il était officiellement à 9 500 GNF. Les pompistes disaient qu’ils n’ont pas petites coupures pour restituer la monnaie aux clients. Je crois que de ce côté-là le problème de monnaie est résolu. Maintenant, par rapport à la sous-région, je pense que c’est le même prix. Je suis rentré du Sénégal il y a un mois. Si ma mémoire est bonne, le litre d’essence coûte 600 francs CFA à Dakar. Quand tu convertis ça en francs guinéens ça te fait 10 000. Donc, il n’y a pas tellement à se plaindre.

Ousmane Diallo, Sociologue de formation
Ousmane Diallo

Ousmane Diallo, Sociologue de formation, rencontré au Centre émetteur de Kipé : je commencerai par dire que c’est une catastrophe. Quand on connait le niveau de vie des Guinéens actuellement et sachant que tous les prix tournent au tour du carburant, une telle décision est pour moi une catastrophe. Ce n’est pas parce qu’on est opposé au gouvernement, mais c’est une réalité palpable. Cette augmentation va se répercuter sur le panier de la ménagère, de Conakry jusqu’au dernier village de la Guinée. Donc, je dirais que c’est une faiblesse du gouvernement. Chaque fois que le gouvernement est coincé pour un fonds, c’est sur le peuple qu’il retombe. C’est sur les pauvres citoyens qu’il retombe. Sinon, la Guinée a des possibilités, nous avons des ressources qui nous empêchent d’augmenter le prix du carburant.

A titre d’exemple, vous prenez la mer qu’on a là, ce n’est pas tous les pays qui en ont. Quand vous prenez par exemple un pays du continent comme le Mali ou le Burkina Faso, ils n’ont pas de mer. Donc, l’argent que la mer fait rentrer, ça peut boucher les trous pour ne pas toucher les citoyens. Parce que quand on augmente le carburant, c’est les citoyens qu’on touche directement. C’est le panier de la ménagère qui est tout de suite menacé. Nous avons des mines, des zones agricoles, nous avons la mer plus que le Mali et le Burkina Faso. Avec la bauxite, on est champion du monde. Si on exploite l’agriculture et les mines de façon sérieuse, on n’allait même pas toucher au carburant. Mais, on a un gouvernement de paresseux. Ils n’ont pas la capacité de trouver des ressources ailleurs que dans le carburant.

Bourouwal Bah, agent immobilier
Bourouwal Bah

Bourouwal Bah, agent immobilier, rencontré à Bambéto : pour moi, cette augmentation du prix du carburant, c’est parce que l’Etat est incapable. S’il se comparait aux pays voisins, il n’allait pas augmenter le prix du carburant. En Sierre Léone, au Libéria, c’est 4 000 ou 4 500 le litre, même le Sénégal. Si ici en Guinée, on vent à 10 000, c’est par ce que les dirigeants sont incapables et méchants. Parce que c’est la population qui est en train de souffrir pour ne rien. Quand le prix du carburant baisse sur le plan mondial, ils refusent de baisser. Mais dès que ça monte, ils sont prompts à augmenter ici. C’est parce qu’ils n’ont pas pitié des populations pauvres.

Amadou Alpha Bah, chauffeur de taxi
Amadou Alpha Bah

Amadou Alpha Bah, chauffeur de taxi, rencontré à Kipé : par rapport à l’augmentation du prix du carburant, vraiment c’est pitoyable pour nous les Guinéens. Le gouvernement n’a aucun respect pour sa population, ils n’ont aucune pitié pour leurs populations. Sinon, avec la pauvreté et la souffrance qu’on a, ils ne devaient pas penser à augmenter le prix du carburant. Mais, ils font tout ça pour leur intérêt personnel. Je me dis que les Guinéens ne savent pas réellement ce qu’ils veulent sinon les gens-là (les gouvernants, ndlr) n’allaient pas nous faire subir tout ce qu’ils veulent. C’est un clan qui est en train de faire toutes ces choses.

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : (+224) 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin