Mamadou Oury Bah tué par le cortège d’Alpha Condé : témoignages de ses proches

Mamadou Oury Bah, un septuagénaire, originaire de Horè Fello, relevant de la sous-préfecture de Maci, dans la préfecture de Pita, a été tué par un véhicule du cortège du président Alpha Condé, en compagnie de son homologue indien. L’accident s’est produit hier, samedi 03 août 2019, à Bambéto dans la commune de Ratoma. Au lendemain de ce décès tragique, parents et amis du défunt se sont retrouvés dans la famille mortuaire, au quartier la T6, pour les condoléances d’usage et pour parler des dispositions à prendre pour l’inhumation de la victime, a constaté Guineematin.com à travers deux (2) de ses reporters.

Mamadou Oury Bah, 70 ans, était venu de son village pour suivre un traitement à Conakry. Après ses soins médicaux, il décide de rentrer dans son village. Mais, le destin a décidé autrement. Même s’il avait recouvré sa santé, il ne retournera jamais chez lui. « Mon oncle était au village, il a jugé nécessaire de venir en ville ici pour se faire soigner puisqu’il était un peu malade. Après deux semaines de soins, il allait mieux et avait l’intention de retourner au village.

Donc hier, il partait à la gare routière de Bambeto pour réserver une place puisqu’il devait voyager après demain lundi pour le village parce qu’il voulait fêter la Tabaski là-bas. Malheureusement, en traversant la route, il a été renversé par un véhicule de la sécurité présidentielle et est décédé sur place. Toute la famille est triste aujourd’hui, mais on n’y peut rien. C’est le destin, on ne peut que prier pour le repos de son âme et que la terre lui soit légère », explique Idrissa Bah, neveu du défunt.

De son côté, Elhadj Mamadou Saliou Bah, doyen des ressortissants de Horè Fello à Conakry, a exprimé la tristesse de tous les habitants de ce village et au-delà, de la préfecture de Pita à Conakry, suite au décès de Mamadou Oury Bah dans de telles circonstances. Cependant, tous s’en remettent à la volonté divine. « Notre frère Thierno Mamadou Oury Bah a trouvé la mort dans un accident de la circulation. Nous n’allons pas porter plainte. C’est le destin, c’est de cette façon que Dieu a décidé qu’il meurt.

Après l’annonce de ce décès, nous avons été contactés par les autorités, elles ont compati à notre douleur et elles ont promis de venir nous rencontrer. Je tiens juste à rappeler que le défunt a trois épouses et a des enfants, dont certains sont très petits. Aujourd’hui, ses enfants n’ont aucun soutien, ils ne comptaient que sur leur papa qui est malheureusement mort suite à un accident », a-t-il indiqué.

Le défunt était marié à trois femmes et père de 7 enfants, dont 2 garçons. Il sera inhumé demain, lundi, au cimetière de la T6, dans la commune de Ratoma.

Ibrahima Sory Diallo et Mohamed Doré pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS