Le parti Changement, Progrès et Unité pour la Guinée (CPUG) a tenu son assemblée générale le samedi, 03 août 2019 à Fria, à 160 kilomètres de Conakry. La rencontre, présidée par Dr Ibrahima Sakho, le numéro 1 du parti, en présence de plusieurs militants, a porté essentiellement sur l’actualité sociopolitique nationale, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après plusieurs mois de tournée en Europe et aux États-Unis, Dr Ibrahima Sakho est récemment rentré en Guinée. Et, il a décidé d’innover en décidant de délocaliser l’assemblée générale de son parti à l’intérieur du pays. Pour ce samedi, 03 août, c’est la ville de Fria qui a abrité cette rencontre hebdomadaire.

Le président du parti CPUG a mis l’occasion à profit pour revenir sur la situation sociopolitique du pays, marquée selon lui par la mauvaise gestion. « La Guinée a des richesses immenses, la Guinée est très riche, mais on a des soucis. Ces soucis, c’est la mal gouvernance. Moi Ibrahima Sakho, ce que je veux pour vous et pour la Guinée, c’est pour que vous sortiez de cette prison insupportable.

A une certaine époque, on appelait Fria petit Paris. Vous aviez des logements sociaux impeccables, vous aviez des routes impeccables, vous aviez des hôpitaux impeccables, tout allait très bien à Fria. Mais aujourd’hui, vous avez des difficultés financières, des difficultés d’emploi, des difficultés tout court de la vie. Pour moi, c’est insupportable et inacceptable.

Vous savez, on ne peut pas être château d’eau d’Afrique de l’Ouest sans avoir accès à l’eau dans les robinets. On ne peut pas être 2ème producteur mondial de bauxite, sans infrastructures hospitalières, sans infrastructures routières, sans infrastructures universitaires. Ceci est intolérable et inacceptable », a-t-il déploré.

Par ailleurs, Dr Sakho a invité les vieux à céder la place aux jeunes dans la gestion de la Guinée. « Nous ne faisons pas face uniquement à la mauvaise gouvernance, mais aussi à la haine des hommes politiques, les uns à l’endroit des autres. Si nous sommes en retard aujourd’hui, c’est à cause de ces hommes politiques qui n’ont pas de solutions pour vous. Certes, c’est nos parents, mais ce que je veux qu’ils comprennent, qu’il est temps qu’ils aillent à la retraite.

S’ils veulent vraiment du bonheur pour nous et pour la Guinée, ils doivent laisser la place à la nouvelle génération de politiciens qui sont instruits, qui sont éduqués, qui détestent le mensonge, qui détestent la haine et qui vous aiment. Je compte sur vous la population de Fria » a lancé le jeune politicien.

En outre, le président du CPUG a dénoncé le manque d’emploi et le mensonge qui caractérise la gouvernance actuelle. « Il faut qu’ensemble, on mette fin à ce système qui enrichit quelques individus au détriment des 12 millions de guinéens. Je sais qu’ils vous diront qu’ils gouvernent, qu’ils travaillent, mais les jeunes et les femmes de Fria et de la Guinée sont confrontés à d’énormes difficultés. Les jeunes guinéens n’ont pas d’emploi et en plus de ça, ils veulent continuer à gouverner dans le mensonge.

Dieu n’aime pas le mensonge. C’est pourquoi en 2020, que tous ces hommes politiques qui ont géré le pays pendant 10, 20 et 30 ans, qu’ils aillent à la retraite. Et je veux surtout moi, la vérité. Et la vérité c’est ce qu’on fait pour vous, c’est ce qu’on va faire pour vous. Pour cela, moi Ibrahima Sakho, si vous me donnez votre aval en 2020 pour les 5 ans, 70% des jeunes guinéens auront de l’emploi. Ça, c’est garanti », a promis le président de CPUG.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel:(00224) 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com