Kindia : des acteurs locaux outillés en prévention et lutte contre la délinquance

L’atelier de formation des membres du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) de la commune urbaine de Kindia a pris fin avant-hier samedi, 3 août 2019. Pendant trois jours, les participants ont été outillés sur plusieurs thématiques relatives à leur fonction. « La démarche s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet Partenaires pour la Sécurité en Guinée : la réforme de la police au service du citoyen » , financé par le département d’État Américain et mis en œuvre par Partner Global, COGINTA et le CECIDE, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Selon les organisateurs, cet atelier a pour objectif de former les membres du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance sur leurs rôles et attributions afin qu’ils mutualisent les efforts de leurs services pour prévenir et lutter contre la délinquance et la criminalité dans leurs collectivités.

Pour madame Justine Neloumngaye, chargée de Programme à COGINTA, « cette formation s’inscrit dans le cadre du projet Partenaires pour la Reforme de la sécurité en Guinée, la réforme de la police au service des citoyens, c’est dans le cadre de la police de proximité, qui est une nouvelle façon de travailler. Cela implique également la coproduction de la sécurité.

Ce qui veut dire que la sécurité n’est pas simplement l’affaire du policier, mais les collectivités aussi doivent s’impliquer dans cette sécurité. Raison pour laquelle, il y a eu un arrêté conjoint entre le ministère de l’Administration du Territoire et celui de la Sécurité qui ont mis en place un conseil dénommé Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD).

Donc, suite à cet arrêté, nous avons une décision communale, notamment la commune de Kindia, qui a nommé les membres de ce conseil. Nous sommes là dans le cadre de la formation de ces membres du conseil. Ils ont été nommés, nous les avons outillés en ce qui concerne leurs rôles et également le fonctionnement de ce conseil qui vient en appui au conseil communal en ce qui concerne les questions de sécurité et la prévention de la délinquance dans la commune urbaine de Kindia ».

De son côté, le capitaine Yaya Camara, formateur en Gouvernance Locale de Sécurité (GLS) en service au commissariat central de police de Kindia, a rappelé le contenu de la formation. « Au cours de cette formation nous avons abordé les chapitres suivants : concept et définition ; l’organisation, la composition, les attributions et le fonctionnement du CLSPD ; le rôle et les attributions des principaux acteurs ; le cycle de travail et les grandes étapes du CLSPD, à savoir le plan, le diagnostic local de sécurité et le plan local de sécurité.

L’objectif, c’était d’amener les participants à se donner la main afin de pouvoir lutter contre la délinquance dans leur communauté, parce qu’il faut savoir que toutes les couches sociales ont été touchées et sont représentées dans le CLSPD. J’invite les membres de ce conseil local à se donner les mains afin qu’il soit opérationnel. Il ne faut pas que ce soit un feu de paille », a conseillé le formateur.

Pour sa part, Mamadou Keita, 4ème vice maire de la commune urbaine de Kindia, s’est dit satisfait de la qualité des enseignements reçus. « C’est avec beaucoup de satisfaction et beaucoup de nouveauté qu’on a découvert, pendant ces 3 journées de formation, des formateurs de COGINTA. On a appris beaucoup des choses à travers cette formation qu’on ne connaissait pas, parce qu’on n’était pas édifié. Donc, cela nous a donné la chance de bien cerner le concept de sécurité, de police de proximité.

Aujourd’hui, avec cet outil nouveau au sein de notre commune urbaine, ça va nous permettre de développer la ville de Kindia dans le domaine sécuritaire et de la protection de la société. Ma désignation en tant que président du CLSPD est un honneur et un défi que je dois relever. Il y a toutes les couches qui y sont représentées, notamment la justice, l’administrateur du marché, les services de sécurité, la gare routière, la société civile…

L’occasion qu’on a eu à mettre ce conseil en place, je pense que l’essentiel, c’est d’aller au bout, s’engager davantage ensemble et avoir la même motivation pour qu’on change Kindia en deux ou trois mois et qu’on soit à l’abri de l’insécurité »

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél: 628516796

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS