Elhadj Souleymane Sow, le Préfet de Gaoual, accompagné du maire de la commune rurale de Koumbia, Elhadj Mamadou Saliou Kaltamba et d’une forte délégation, a présidé la cérémonie de lancement du reboisement à Wendou Kanta. Cette cérémonie a eu lieu le samedi, 10 août 2019, dans ce secteur relevant du district de Kembéra, dans la commune rurale de Koumbia, a constaté un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Cette activité qui se situe dans le cadre de l’initiative présidentielle pour le reboisement 2019, a été portée à Wendou Kanta par l’Association pour la protection de l’environnement et la promotion du tourisme à Gaoual, APEPTG. Elle a connu la présence de la notabilité, des jeunes et des femmes de Kembéra et des localités environnantes.

Le Président du district de Kembéra, Aladjey Camara, s’est dit heureux de recevoir pour la première fois une telle délégation dans sa juridiction. Après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, il a salué cette initiative du président Alpha Condé. Aladjey Camara a ensuite rassuré les autorités de sa disponibilité à travailler à la préservation de l’environnement dans sa zone.

De son côté, le président de l’APEPTG, Abdoulaye Baldé (Abdallah), a salué la présence des autorités et souligné l’intérêt pour les populations et les décideurs de coaliser leurs efforts pour la protection de l’environnement, agressé de toute part, surtout à Gaoual.

« Au nom des membres de l’APEPTG, je saisis cette opportunité pour saluer et remercier très sincèrement les autorités et l’ensemble des personnalités qui ont honoré de leur présence à cette cérémonie de reboisement.

C’est également l’opportunité pour l’APEPTG, d’exprimer toute sa gratitude aux responsables et cadres du département de l’environnement à tous les niveaux, des services techniques à Conakry au chef cantonnement forestier de Koumbia en passant par le chef section eaux et forêts de Gaoual, le directeur préfectoral de l’environnement et l’inspecteur régional de Boké, pour la confiance placée en nous, pour exécuter ce travail chez nous et conformément aux objectifs du gouvernement guinéen, d’œuvrer à la protection de notre environnement », a-t-il déclaré.

Dans la même lancée, il a souligné les graves conséquences auxquelles sont exposées les populations suite à la dégradation de l’environnement accélérée par les changements climatiques.

« Depuis quelques années, en effet, l’environnement est devenu une véritable préoccupation non seulement ailleurs avec des dégâts énormes liés aux changements climatiques, mais très malheureusement chez nous également, à cause de la destruction effroyable de notre écosystème », a-t-il dit, avant de renouveler l’engagement de l’APEPTG à contribuer à la hauteur de ses moyens à la protection de l’environnement.

Le Maire de la commune de Koumbia, Elhadj Mamadou Saliou Kaltamba, dans son intervention, a exhorté les populations à s’engager résolument à lutter contre la dégradation de l’environnement. D’ailleurs, le maire a mis l’occasion à profit pour responsabiliser ses mandants dans la surveillance et la protection de leur brousse.

« Je voudrais vous dire ici, haut et fort, que vous êtes responsables chez vous et de ce qui se passera autour de vous. L’environnement est dégradé de toute part à cause de la coupe abusive du bois et des feux de brousse. Vous devez vous impliquer fortement. Le maire que je suis, le préfet qui est là, nous ne pouvons pas comprendre ce qui se passe partout à la fois.

Vous êtes les gardiens de votre brousse. Si quelqu’un vient avec une tronçonneuse ici, c’est vous qui devez informer les autorités. En attendant, même si le porteur dit qu’il a l’autorisation de Conakry ou d’ailleurs, s’il n’a pas l’autorisation de votre chef de secteur et de votre pésident de district, refusez qu’il coupe du bois chez vous », a instruit le maire Kaltamba.

Poursuivant, Elhadj Kaltamba a rappelé les responsabilités de l’Etat, seul propriétaire de la terre (la brousse, les bowés). « La brousse ne doit pas être bradée. C’est la propriété de l’Etat. C’est là où les paysans font leurs cultures et les éleveurs font paître leurs bêtes. Si vous la revendez contre des miettes, comment vous allez vivre demain ? Si des nécessités au niveau de l’Etat de déplacer un village pour des raisons bien fondées arrivent, comment cela se fera ? Donc, j’interdis aux élus locaux de vendre les domaines. Ce n’est ni pour vous, ni pour un citoyen », a rappelé le maire.

Avant de lancer les opérations de reboisement, le préfet de Gaoual, qui a parrainé l’événement, a donné des directives à ses citoyens sur la nécessité de travailler à la sauvegarde de l’environnement mais également de veiller à l’éducation des enfants, à la lutte contre les violences faites femmes et jeunes filles, notamment l’excision et les viols.

« Depuis que je suis à la tête de cette préfecture, c’est ma première d’être ici. Ma présence est motivée par la volonté du chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, à s’impliquer dans la protection de notre environnement, fortement menacé par les changements climatiques. Cette année, le gouvernement avait annoncé le reboisement de 1 600 hectares. Mais le président de la République a trouvé cette superficie très petite et a décidé qu’elle soit doublée et étendue dans tout le pays. C’est pourquoi Gaoual a obtenu 15 hectares avec la sélection de trois ONG dont l’APEPTG qui s’illustre depuis quelques années sur le terrain.

Nous remercions ses promoteurs que nous encourageons à continuer et à étendre les actions dans les autres localités de la préfecture. Je fais miens les propos du maire en ce qui concerne la défense de notre écosystème des coupeurs de bois ou des bradeurs des domaines. A ce sujet, je voudrais aborder d’autres, comme l’excision de nos jeunes filles. Même la religion ne le recommande pas et l’excision cause d’énormes préjudices à nos filles. De même, les cas de viols sont devenus récurrents. Désormais, c’est tolérance zéro contre les auteurs de viol (…) », a déclaré le préfet dans un ton ferme.

Après ces discours attentivement suivis par l’auditoire, le préfet, accompagné du maire, du sous-préfet de Koumbia, des conseillers communaux, des services de sécurité et de nombreux cadres préfectoraux et locaux, a procédé au lancement des travaux de reboisement sur le domaine de l’APEPTG, vaste de 140 hectares, environ.

Pour cette première journée, ce sont 4 500 plants forestiers composés essentiellement de Mélina et de thèque qui ont été mis à terre par les membres de l’APEPTG, appuyés par les services techniques des eaux et forêts.

Pour cette année, l’APEPTG, compte reboiser au moins 10 hectares, déjà assainis, soit quelques 12 mille essences forestières à croissance rapide à planter.

De Koumbia, Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com