Dans le cadre de la communication gouvernementale initié par le président de la République, le ministre de l’élevage a conféré ce mercredi, 14 août 2019, avec les hommes de médias. Comme ses prédecesseurs, Roger Patrick Millimouno a mis l’occasion à profit pour parler des acquis de son département de 2011 à nos jours et annoncer les perspectives, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans sa communication, le ministre de l’élevage a commencé par dire qu’avant 2011, en matière d’infrastructures de commercialisation du bétail et de viande, la ville de Conakry disposait qu’un seul abattoir, construit à Coléah en 1963. « Cet abattoir vétuste ne répondait plus aux normes hygiéniques et ne couvrait pas les besoins de la population. La ville ne disposait non plus de boucherie moderne, ni de de parcs de transit pour le bétail. A l’intérieur du pays, il n’existait pas de marchés à bétail à vocation régionale et aucune piste d’accès aux zones d’élevage n’était construite », a-t-il dit.

De 2011 à nos jours, ajoute-t-il, « plusieurs infrastructures d’élevage et de commercialisation du bétail et de la viande ont été réalisées, notamment : un marché à bétail à vocation sous régionale à Kounsitel (Gaoual). Ce marché qui constitue le premier du genre dans notre pays devra favoriser les échanges commerciaux du bétail entre la Guinée et certains pays de la sous-région, notamment le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau.

Quatre marchés à bétail préfectoraux construits et équipés à Beyla, Dinguiraye, Mandiana (Dialakoro) et Faranah (Kalia). Ces marchés viennent renforcer le programme national d’amélioration des infrastructures de commercialisation du bétail et des produits animaux », a expliqué le ministre.

Dans la filière avicole, le ministre de l’élevage indique que d’importantes réalisations ont aussi été faites par son département sous la troisième République, citant entre autres : « la réalisation de campagnes de vaccination contre les principales maladies aviaires, notamment la maladie de Newcastle, couplées au déparasitage de la volaille. Appui à la construction de 120 poulaillers traditionnels améliorés au profit des groupements d’intérêt économiques bénéficiaires de poules Wassachiè dans 6 préfectures (Kindia, Mamou, Kissidougou, Guéckédou, Kankan et Kouroussa).

La formation de 240 aviculteurs traditionnels sur les thèmes portant sur la construction et l’entretien des poulaillers améliorés, l’alimentation et la santé animale.

L’introduction à titre pilote, de 5000 poules Wassachiè en provenance du Mali comme activité génératrice de revenus et l’insertion des jeunes et des femmes. Ces poules ont été distribuées à 120 groupements d’intérêts économiques regroupant 600 jeunes et femmes dans les préfectures de Kindia, Mamou, Kissidougou, Guéckédou, Kankan et Kouroussa », a dit le ministre de l’élevage.

Parlant des réalisations faites par son département dans la filière lait, Roger Patrick Millimouno a fait savoir qu’elles sont salutaires. Selon lui, de 2011 à nos jours, il y a eu « la construction et l’équipement de quatre nouvelles mini-laiteries à Koubia (Gaoual), Beyla centre, Marella (Faranah) et Dinguiraye centre. Formalisation de 8 groupements féminins laitiers pour la gestion des mini-laitiers. Mise en place de 16 groupements féminins spécialisés dans la collecte et la commercialisation du lait frais pour ravitailler les quatre mini-laiteries ».

S’agissant des perspectives, le ministre de l’élevage a dit qu’elles sont énormes. « Dans le cadre de la poursuite de l’initiative présidentielle d’amélioration génétique de la race bovine, le ministère de l’élevage envisage l’insémination artificielle de vaches dans les préfectures de notre pays conformément au programme Guinéo-marocain. Ce programme en cours d’élaboration, sera calqué sur le modèle Rwandais et permettra d’améliorer la productivité et la production laitière du cheptel national et de favoriser l’insertion de la couche juvénile et féminine et de contribuer à la création d’emplois.

La construction, avec l’appui de la Banque mondiale dans le cadre du projet BIRD Enclave, de boucheries modernes agréées à travers la ville de Conakry pour permettre à la population de s’approvisionner facilement en viande saine et propre », a-t-il annoncé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com