Les travaux de la commission d’évaluation des sociétés grossistes répartiteurs de produits pharmaceutiques en Guinée se sont poursuivis ce mercredi, 14 août 2019, au ministère de la Santé. La démarche, entamée depuis pratiquement un mois, vise à réduire le nombre de sociétés grossistes de produits pharmaceutiques dans notre pays. Au terme de la réunion de ce mercredi, Dr Manizé Kolié, secrétaire général du syndicat des pharmaciens de Guinée, a expliqué à un reporter de Guineematin.com de quoi il a été question :

« Nous sommes à la centralisation des résultats. Il y a un mois que nous sommes sur le terrain, en train d’évaluer les sociétés grossistes à partir des critères qui ont été définis. Il y a eu 15 critères valables pour chaque grossiste. Ça a été fait. Depuis ce matin, nous sommes en train d’identifier un plan de travail d’évaluation. Parce que ces sociétés n’ont pas les mêmes emprises sur le marché guinéen. Il faut qu’on s’entende d’abord sur comment il faut procéder. C’est pour évaluer et tomber sur un minimum de sociétés qui va être retenue et qui va être désormais considérer comme les fournisseurs en médicaments de notre pays.

L’idée générale, c’est que la Guinée avait plus de grossistes que les pays de la sous-région. Nous allons sur la base normalement du ratio sous-régional, qui veut que trois millions d’habitants correspondent à une société grossiste. Mais la Guinée en avait jusqu’à 104 sociétés grossistes, recensées et ramenées à 58. Mais, les 58 là même sont encore trop. Ce qui fait que le marché parallèle prospère.

Nous souhaitons réduire à la normale et à la moyenne sous régionale. Entre 3 ou 4 sociétés grossistes. Parce que 11 millions d’habitants correspondent carrément à 4 grossistes. Ça veut dire, 3 sociétés grossistes privées et une société grossiste publique, la Pharmacie Centrale de Guinée, ça fait 4 en Guinée.

Il faut d’abord qu’on identifie les grossistes qui vont être retenus et qui vont avoir des recommandations et qui vont avoir de nouveaux agréments. Ils auront même des agréments à partir d’une liste qui va être déposée au niveau du chef de l’Etat. Il y aura un décret qui va les autoriser à faire le travail, à limiter leur zone d’influence. Pour le moment, ce qui nous intéresse, c’est d’identifier le nombre qui pourra être retenu pour notre pays.

Il y a deux groupes de critères : il y a le critère administratif, c’est qu’il faut être dans la légalité pour exercer ; deuxièmement, il y a le critère de fonctionnalité, c’est-à-dire qui va dépendre de tes capacités financières à pouvoir importer et à avoir une certaines logistiques à être dans un site convenable facile d’accès. C’est ce que nous appelons la fonctionnalité, qui permet aux grossistes d’évoluer sur toute la Guinée. On veut voir si ta valeur correspond aux besoins de la population guinéenne.

On a pu travailler aujourd’hui et je crois qu’on terminera le vendredi, 16 août 2019, parce que nous avons proposé un tableau Excel qui va permettre de départager les sociétés grossistes à partir de ce qu’on a vu sur le terrain ».

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com