Elhadj Diallo Souleymane, PDG du groupe de Presse Lynx-lance et Lynx Fm

Comme annoncé précédemment, le journaliste et fondateur du groupe de presse Lynx a été auditionné ce lundi, 19 août 2019, par les officiers de police judiciaire de la DPJ. Le doyen Souleymane Diallo répondait à une plainte « pour délit contre l’autorité publique » déposée contre le directeur général de sa radio. Une procédure dénoncée par Sanou Kerfalla Cissé, président de l’Union des Radios et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI), qui dénonce une « intimidation d’un autre âge ».

Sanou Kerfala Cissé

« Nous condamnons la procédure, parce que c’est le travail d’un procureur, ce n’est pas celui d’un officier de police judiciaire. Surtout que la plainte est un peu évasive, on ne comprend absolument rien, parce qu’on parle de l’article 105 de la loi L002 (loi sur la liberté de la presse) et aussi de la Loi L0029 de 2016 qui concerne la cybercriminalité. Une loi ordinaire ne peut pas surplomber une loi organique. Nous demandons à ce que le dossier soit transféré devant le procureur de la République (…)

Sanou Kerfalla Cissé, président de l’URTELGUI

Un journaliste n’a pas sa place dans une gendarmerie, dans un commissariat, dans la direction nationale de la police judiciaire. Ce sont des méthodes d’intimidation d’un autre âge. Et le premier journaliste guinéen (Souleymane Diallo, fondateur du groupe de presse Lynx) à être convoqué en 1995 dans ce pays, est aujourd’hui encore dans les mains de la police », a-t-il déploré.

Peu après cette sortie du patron de l’URTELGUI, le doyen Souleymane Diallo a été déféré devant le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin