Le projet de Loi de Finances Rectificatives (LFR) 2019 est en examen ce lundi, 19 août 2019, à l’Assemblée Nationale. Le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, est à l’hémicycle où il va expliquer à la représentation nationale les raisons de la présentation de cette LFR, seul point à l’ordre du jour de cette, rapportent les deux journalistes de Guineematin.com qui sont actuellement à l’Assemblée nationale.

Ismael Dioubaté, ministre du Budget

Dans son intervention, Ismaël Dioubaté a fait savoir que cette session extraordinaire, voulue par le gouvernement, est née de la majoration des dépenses au titre de l’exercice 2019. Selon lui, plusieurs dépenses imprévues ont été faites par le gouvernement. « En accord avec l’engagement du gouvernement de maintenir la stabilité macro-économique, la situation récente de l’exécution budgétaire au cours du premier semestre 2019 a conduit à la révision de certains objectifs budgétaires tant en recettes qu’en dépenses pour lesquels l’autorisation parlementaire est requise. Ce qui permettra au gouvernement de poursuivre avec sérénité son programme tel qu’indiqué dans le discours de politique générale présenté en 2018. L’exécution à fin juin des dépenses publiques, y compris FINEX, se chiffre à 6 229, 72 milliards contre une prévision de Loi de finances initiale 2019 de 22 312, 13 milliards. Soit un taux d’exécution de 27, 92 %. Cette exécution concerne les dépenses courantes pour 5 276, 24 milliards (99, 91%) et les dépenses d’investissement pour 953, 47 milliards dont 113, 52 milliards en ressources propres (11, 91%) et 839, 95 milliards sur financement extérieur (88, 09%). En somme, l’exécution budgétaire en recettes et dépenses à fin juin 2019, se traduit par un solde budgétaire de 1453, 68 milliards, dépassant ainsi la prévision semestrielle de 903 milliards convenue avec le FMI dans le cadre du programme de Facilité Elargie de Crédits », a expliqué le ministre Dioubaté.

En outre, le ministre du Budget est revenu sur le volet recettes. « Sur une prévision annuelle de 19 332, 8 milliards, l’exécution globale des recettes au 30 juin 2019 se chiffre à 9 137,61 milliards, soit un taux de réalisation de 47,2%. Ces recettes sont composées des recettes fiscales (8 265,45 milliards), des dons (279, 01 milliards) et des autres recettes (593, 14 milliards). Les recettes fiscales ont été réalisées à hauteur de 8 265, 45 milliards contre une prévision semestrielle de 8 100,51 milliards. Soit un taux d’exécution de 102,04%. L’exécution des recettes fiscales a enregistré une performance imputable principalement aux impôts et taxes sur les biens et services pour 4 430,96 milliards contre un objectif de 4 267, 74 milliards soit 103, 82% aux impôts sur le commerce extérieur et les transactions internationales pour 20 23, 34 milliards contre un objectif de 19 70, 00 milliards. Au titre des autres recettes, les réalisations à fin juin 2019 s’élèvent à 593, 14 milliards sur une prévision annuelle de 348, 20 milliards. Soit un taux d’exécution de 170, 34%, dû principalement à l’encaissement de 45 millions de dollars sur les 90 millions de la 4 G », a expliqué Ismaël Dioubaté.

Ibrahima Sory Diallo et Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin