Amadou Tham Camara, président de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL)

L’inculpation et la mise sous contrôle judiciaire du doyen Diallo Souleymane, PDG du groupe de presse Lynx/lance, Lynx FM continue de susciter l’indignation dans la corporation des journalistes. Amadou Tham Camara, président de l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL), joint au téléphone dans la soirée de ce mardi, 20 août 2019, par un reporter de Guineematin.com, n’a pas caché son inquiétude et appelle les hautes autorités à se ressaisir.

« Nous sommes très inquiets, très inquiets par rapport à ce qu’incarne l’homme lui-même. A lui tout seul, il est la synthèse de la liberté de la presse en Guinée, non seulement par rapport au combat qu’il a mené, également par rapport au fait qu’il a été le président de la commission communication qui a été la cheville ouvrière pour l’élaboration de la loi qui dépénalise les délits de presse en République de Guinée. Que cette personne-là soit aujourd’hui placée sous contrôle judiciaire, sous le prisme d’une nouvelle loi liberticide, c’est tout simplement inquiétant », a dit Amadou Tham Camara.

Selon le président de l’AGUIPEL, Diallo Souleymane ne mérite pas ce genre de traitement. « Ce sont des signes très inquiétants pour la démocratie tout simplement. Il y a des échéances importantes qui attendent la Guinée, on n’a pas besoin encore de… remuer le couteau dans la plaie… en menaçant des icônes de la presse comme le doyen Diallo Souleymane et en le plaçant sous contrôle judiciaire. Je suis vraiment très désolé, mais cet homme ne mérite pas ça. Le combat qu’il a mené, pour avoir lutté au prix de sa vie pour sauver le président Alpha Condé lorsque celui-ci était en détresse, je pense qu’il ne mérite pas ce sort-là ».

Amadou Tham Camara invite à plus de lucidité dans cette affaire. « Il faut que les uns et les autres se ressaisissent et que la liberté de la presse qui a permis justement l’arrivée d’un président comme Alpha Condé, un président démocratiquement élu, ne soit jamais compromise… Quelque soit l’infraction commise, à partir du moment où c’est par voie de presse, c’est la loi sur la liberté de la presse qui doit s’appliquer, mais pas une autre loi. C’est de cela qu’il s’agit. C’est pourquoi, je vais profiter pour appeler les plus hautes autorités à plus de responsabilité et à se ressaisir. Au-delà de la corporation, c’est non seulement faire preuve de solidarité, tout le monde doit se lever. Mais, les plus hautes autorités doivent être interpellées puisque Diallo Souleymane n’est pas n’importe qui dans ce pays. Les autorités doivent se ressaisir et très vite… »

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin