Un ressortissant ivoirien, du nom de Youssouf Koné, poursuivi pour escroquerie au préjudice du pasteur Emily, a été situé sur son sort hier jeudi, 22 août 2019, au tribunal correctionnel de Dixinn. Après les débats, réquisitions et plaidoiries des parties au procès, le juge Aboubacar Maféring Camara a décidé de renvoyer Youssouf Koné des fins de la poursuite pour délit non constitué, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, Youssouf Koné est détenu à la maison centrale de Coronthie depuis le 25 avril 2019. Il est accusé d’escroquerie sur un montant de 250 000 FG au préjudice du Révérend Emily, le pasteur d’une église se trouvant à Coyah.

Appelé à la barre, Youssouf Koné a reconnu avoir reçu ce montant des mains du pasteur mais dans le souci d’aller se soigner. « Je reconnais avoir reçu 250.000 GNF des mains du Révérend Emily mais pas dans le mauvais sens. Je suis venu de la Côte d’Ivoire, très malade, mais je n’ai pas les moyens pour me soigner. J’ai appris qu’il y a une femme à Koundara qui soigne les gens et qui pourrait me soigner. Donc, je suis allé dans l’église du Révérend pour lui demander de l’aide. Il m’a remis cette somme, mais ça ne pouvait pas suffire pour mon transport et mes soins. Donc, j’ai décidé d’aller dans d’autres églises pour leur raconter mon histoire, pour qu’ils me viennent en aide. C’est tout, ce n’était rien de méchant, mais c’était pour sauver la vie ».

Après ces explications, ce fut autour du procureur Boubacar 1 Bah de se faire voix. « Pourquoi avoir dit au Révérend que vous aviez des traces de balles sur votre corps, si ce n’est pas le cas. Pourquoi avoir parlé de gang ? C’est parce que vous êtes habitués des faits, vous escroquez les gens dans les églises ? »

Dans sa réponse, Youssouf Koné va démentir la thèse de cicatrices qu’il porterait. « Je n’ai aucune trace de balles sur mon corps. Mais à un moment donné, pour convaincre les gens, il faut avoir des arguments. Mais, mon intention était de trouver comment me soigner, rien d’autre ».

Dans ses réquisitions, le procureur va demander au tribunal de retenir Youssouf Koné dans les liens de la culpabilité. « Cette affaire est claire puisque le prévenu lui-même a reconnu les faits. Vous constaterez avec moi que Mr Youssouf Koné est vraiment malade et faible physiquement. Mais, il doit comprendre qu’il y a des moyens légaux qu’il faut employer pour obtenir ses soins au lieu de passer par l’escroquerie. C’est pourquoi le ministère public requiert qu’il vous plaise de condamner Mr Youssouf Koné à 1 an d’emprisonnement avec sursis », a requis l’empereur des poursuites.

Pour sa part, maitre Paul Lazare Gbilimou, l’avocat de la défense, va plaider la relaxe de son client qui a souffert en prison avec sa maladie. « Monsieur le Président, mon client n’a escroqué qui ce soit. Il n’y a aucune infraction à son encontre. Il a reçu de l’argent pour chercher à se soigner. Il est en prison depuis le mois d’avril et il souffre énormément. Les produits qu’on lui a prescrits, il ne peut pas les avoir en prison. Il ne savait pas que demander de l’aide pouvait le conduire en prison. Je plaide sa relaxe. Si par extraordinaire vous prenez une autre décision, nous vous demandons des circonstances atténuantes en le condamnant au temps mis en prison », a plaidé l’avocat de la défense.

Le tribunal, par la voix du juge Aboubacar Maféring Camara, va finalement renvoyer Youssouf Koné des fins de la poursuite pour délit non constitué. Apres avoir passé quatre (4) mois en prison, Youssouf Koné recouvre la liberté. Il va désormais penser à se soigner, pour peu qu’il en ait les moyens.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com