Des experts du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), spécialiste des questions de Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), accompagné de cadres du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile ainsi d’autres personnes ressources animent depuis vendredi, 23 août 2019, un atelier de vulgarisation des textes clés de la police et de la protection civile, de l’appropriation des documents de politique et de stratégies de lutte contre la criminalité, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du « Projet d’appui à l’amélioration de la gouvernance des services de police » planifié sur 18 mois, financé par le Fonds de Consolidation de la Paix (PBF) et exécuté par le PNUD, en collaboration avec le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

«La démarche est motivée par le souci que nous avons d’ancrer la formation à la base. L’appropriation de ces textes clés vise à professionnaliser les forces de défense et de sécurité pour les rendre attentives aux problèmes des communautés, afin d’endiguer le phénomène d’insécurité. Nous avons organisé cette session pour apporter des spécificités qui se trouvent au niveau de chaque région. Nous venons de N’zérékoré. Après N’zérékoré, on a fait Kankan. Actuellement, c’est le tour de Labé et Mamou, parce que Mamou se retrouve ici. On échange sur le contenu de la politique et de la stratégie de lutte contre la criminalité, pour l’enrichir afin que ça reflète tout ce qui est particularité à la base » a indiqué Konsa Camara, expert en réforme du secteur de la sécurité du PNUD.

Officiellement, cette première phase mobilise 40 participants, mais près de 60 personnes étaient dans la salle de formation.

« Vous observez à peu près l’engouement. C’est la première phase. La deuxième phase qui va commencer le lundi, va mobiliser 50 participants composés entièrement de policiers.

« Les acteurs que vous voyez sont tous des acteurs qui contribuent d’une façon ou d’une autre à la lutte contre la criminalité. Ils ont tous un rôle à jouer. Les religieux, les organisations de la société civile, les syndicats, les gendarmes, l’administration du territoire, la mairie, … tous ces acteurs-là interviennent dans la chaine de lutte contre la criminalité. C’est pour cela, on a regroupé tout ce beau monde pour que d’une manière ou d’une autre, on essaye de cerner les particularités des uns et des autres, la vision des uns et des autres pour qu’on aligne ces éléments à notre ligne directrice. Vous verrez aussi des agriculteurs, des éleveurs qui ont souvent des problèmes. La criminalité se manifeste des fois dans la sauvegarde de ces intérêts. Un agriculteur dont le champ est attaqué par les animaux d’un éleveur réagit souvent d’une certaine façon. C’est pour cela on a regroupé tous les acteurs pour qu’ils puissent s’approprier mais aussi contribuer réellement à l’enrichissement du document », a-t-il ajouté.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin