Soutien à la nouvelle Constitution : le maire de Siguiri ferme le marché, les services publics et privés

La ville de Siguiri commémore en différé ce jeudi, 29 août 2019, le retour du président Alpha Condé en Guinée, le 17 mai 1991. Une journée qui sera mise à profit pour soutenir le projet de nouvelle constitution. Dans un communiqué radiodiffusé, le maire de commune urbaine, Elhadj Koumba Sékou Magassouba avait annoncé la fermeture des marchés, de l’administration publique au grand dam de certains citoyens, nettement indignés par la mesure, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La ville de Siguiri vibre au rythme de cette célébration en différé du retour de celui qui était à l’époque le plus virulent opposant au régime de feu Lansana Conté. On constate une paralysie des activités avec la fermeture du marché et de l’administration publique. Ce qui est loin d’être une surprise d’autant plus qu’à chaque fois que le RPG organise une manifestation, le maire ordonne la fermeture du marché. Mais cette fois-ci, en plus du marché, tous les services publics et privés sont restés fermés. L’occasion doit être mise à profit pour soutenir le controversé projet de nouvelle Constitution.

Elhadj Koumba Sékou Magassouba, maire de la commune urbaine de Siguiri
Elhadj Koumba Sékou Magassouba, maire de la commune urbaine de Siguiri

Joint au téléphone pour commenter le contenu de son communiqué, le maire va plus loin. Selon Elhadj Koumba Sékou Magassouba « nous sommes en fête commémorative de l’arrivée du président. J’ai ordonné la fermeture du marché. Mais, ce n’est pas seulement le marché, même les banques et assurances doivent s’abstenir pour la journée de ce jeudi. Il n’y a pas de travail. J’insiste en disant que tout contrevenant s’exposera à des sanctions ».

En ville, la décision passe mal chez de nombreux citoyens. Pour Fanta Camara, marchande de profession, « cette décision du maire n’est pas bonne. Nous vivons au jour le jour et lui, il ferme le marché pour toute la journée pour soutenir le président. Or, ils disent tous les jours que nous sommes en démocratie, alors où est la démocratie dans ce pays quand les autorités obligent les citoyens à soutenir une chose contre leur gré ? »

Même son de cloche chez Abdoulaye Konaté, un employé de la SAG (Société Aurifère de Guinée) qui était venu à la banque pour un retrait. « Je n’avais pas l’information. J’étais venu pour un retrait à la banque pour mes dépenses, mais on vient de m’informer que la banque ne travaille pas aujourd’hui. Et la raison qu’on me donne, c’est le soutien à la nouvelle Constitution. Que Dieu sauve la Guinée ».

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS