Des membres des Commissions Électorales Communales Indépendantes (CECI) de Matam et de Matoto ont prêté serment ce vendredi, 30 août 2019, au tribunal de première instance de Mafanco. Si tous les commissaires, membres de la CECI de Matam ont répondu présent, il n’en est pas le cas pour la CECI de Matoto où les places allouées à l’opposition divisent toujours, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Une quarantaine de commissaires, membres des CECI de Matam et de Matoto étaient concernés par cette prestation de serment. Tout a commencé par la lecture du rôle d’audience par le greffier en chef du tribunal, axé sur ladite prestation de serment.

Joséphine Loly Tenguiano, procureure de la République près le TPI de Mafanco

Ensuite, la parole est revenue à la procureure de la République près le TPI de Mafanco, Joséphine Loly Tenguiano, qui a rappelé aux commissaires le sens de cette prestation de serment. Dans ses réquisitions, la procureure a dit que la Guinée s’achemine vers des élections législatives qui doivent être libres et transparentes. « Pour y parvenir, les commissaires membres des démembrements de la CENI auront la responsabilité de jouer pleinement leur rôle. Pendant votre prestation de serment, vous devez dire je jure sur l’honneur de remplir fidèlement et loyalement les fonctions de membre de la CENI, de n’obéir qu’à la seule autorité de la loi, de n’exercer aucune activité susceptible de nuire à l’indépendance, à la neutralité, à la transparence et à l’impartialité de la CENI, de garder scrupuleusement le secret des délibérations et du vote, même après la cessation de mes fonctions. En cas de parjure, que je subisse les rigueurs de la loi ».

Amadou Kindy Barry, juge au tribunal de première instance de Mafanco

Après ces réquisitions de la procureure, c’est fut autour du juge Amadou Kindy Barry de prendre la parole pour rappeler aux commissaires qu’à parti de la prestation de serment, ils sont astreint à se soumettre aux principes contenus dans le serment. « La violation des principes du serment par quelque membre, après la prestation de serment, subira les rigueurs de la loi. En cas de parjure, c’est des poursuites judiciaires. L’intéressé sera poursuivi, jugé et condamné ».

Il s’en est suivi la prestation de serment des commissaires présents. A tour de rôle, ils vont se présenter à la barre, lever la main droite et jurer sur l’honneur.

Mohamed Cherif Haidara, assistant technique électoral et facilitateur d’atelier à la CENI

A la fin de la prestation de serment, Mohamed Cherif Haidara, assistant technique électoral et facilitateur d’atelier à la CENI, est revenu sur les raisons de l’absence de certains membres de la CECI de Matoto. « Pour Matoto, il était prévu que 39 membres des démembrements de la CECI prêtent serment. Mais à la dernière minute, nos amis de l’opposition ne se sont pas entendus. La conséquence, c’est que nous avons reçu la liste de l’administration du territoire, celles de la société civile et de la mouvance présidentielle. A la date d’hier jeudi, l’opposition n’a pas déposé sa liste, et comme le processus est déclenché et il n’attend pas, la CENI a décidé de procéder d’abord à l’installation des membres des démembrements puis à la prestation de serment ».

A la question de savoir si l’absence des commissaires de l’opposition ne va pas avoir jouer sur le déroulement du processus, monsieur Haidara rassure : « ça ne va absolument pas du tout jouer sur le processus. Ça ne va nullement impacter l’évolution du processus électoral »

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin