Malgré la pluie qui continuait à s’abattre sur Conakry et la journée sans véhicules (appelée journée d’assainissement), l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG s’est déroulée comme d’habitude, ce samedi, 31 août 2019, au siège national du parti, à Commandanya, dans la commune de Ratoma. La désignation des démembrements de la commission électorale nationale indépendante (CENI), l’état des routes et la question de l’installation des chefs de quartiers ont été les principaux points abordés, a constaté Guineematin.com sur place.

A l’absence du président du parti, c’est son vice-président qui a présidé la rencontre. Dr. Fodé Oussou Fofana a commencé par mettre en garde le gouvernement Alpha Condé qu’il accuse de vouloir placer d’autres personnes à la tête des quartiers à la place des élus de l’UFDG. « Presque dans tous les quartiers de Conakry, nous avons gagné et nous devons logiquement être installés. A ce niveau-là, monsieur Alpha Condé veut faire encore de la provocation. Nous avons écrit à la Cour suprême, nous attendons le retour de ce courrier. Soyez rassurés qu’aucun chef de quartier ne sera installé là où on a gagné… Le RPG arc-en-ciel est mort, c’est un parti désorganisé, c’est un parti qui, depuis 1991, n’a pas organisé de congrès ! Monsieur Alpha Condé n’a pas prévu de remplaçant dans le RPG. Aujourd’hui, là-bas, il y a la confusion, ils sont en train de se battre. Quand un parti est mort, on doit se préparer pour aller l’enterrer. Et, pour l’enterrer, il faut aller voter. Et, la meilleure façon de voter, il faut avoir la carte d’électeur », indique l’opposant, insistant sur le fait que son parti est « membre à part entière du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) ».

Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Dr. Fodé Oussou Fofana a également fustigé la mauvaise gouvernance du chef de l’État et mis un accent particulier sur le calvaire que vivent les guinéens sur les routes nationales. « Regardez les routes de Enta, Dabonpa, Kissosso, Carrefour Lansanayah, le pont de Kaka, la route Kindia-Conakry, Conakry-Forecariah… Regardez Conakry ! Évidemment, le président a dit que les autres ont fait des route à deux couches ; mais, curieusement, c’est sont ces routes qui existent encore, les routes de Cellou Dalein qui sont là et qui résistent. Prenez la route d’Enco 5 jusqu’à Sonfonia, les routes de la Haute Guinée, faites Kourémalé-Bamako, la réponse est là ! On n’a pas besoin de parler de tous cela parce que ça existe et c’est réel. C’est qui fait encore pitié, ce ne sont pas les routes à deux couches, quand vous prenez Enco5-Sonfonia, ça fait 5 Km2, au temps de Lansana Conté, le Km a coûté un million de dollars américains. Vous prenez la route Dapompa-Kilometre36, ça fait 6,9 Km. Au temps de Alpha Condé, un Km sans appel d’offres à 6 millions d’euros ; mais, ça suffit pour ne plus qu’on parle des ministres de monsieur Alpha Condé. Nous avons été humiliés, la Guinée est coupée, je suis de Kindia, je ne peux plus aller à Kindia, les routes sont bloquées pendant des jours. Il y a un citoyen qui a perdu la vie. Si j’étais à la place de ce gouvernement, j’aurais présenté des excuses au peuple de Guinée ; mais, ils sont là couchés dans les chambre climatisées, les gens sont en train de souffrir, les femmes enceintes, les enfants, sont en train de souffrir, la Guinée est coupée en deux ! Nous sommes dans quel pays ? »

Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDG
Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Chaque dernier samedi de chaque mois a été décrété par le gouvernement guinéen journée d’assainissement, le vice-président de l’UFDG estime que ce n’est pas la bonne méthode à employer pour rendre une ville propre. « Le gouvernement prend le plaisir de dire que le dernier samedi de chaque mois, c’est une journée d’assainissement, alors qu’il y a la pluie ! Bien que Conakry soit sale, alors qu’ils ne font pas d’assainissement ; mais, ils empêchent quand même les citoyens de se déplacer. Ça, c’est extrêmement grave ! Pendant les journées d’assainissement, vous ne verrez jamais les véhicules des ministres, la Guinée est abandonnée à elle-même, les rues sont sales. Ils sont couchés à la maison ; mais, ils vous empêchent de circuler. Un gouvernement réfléchi ne prend pas le dernier samedi de chaque mois pour une journée d’assainissement. Quand on veut régler une situation, il faut d’abord poser le problème. Quel est le problème ? Comment on peut trouver la solution ? Le problème d’assainissement, ce n’est pas un problème de gouvernement, c’est un problème de sociétés privées. Il faut donner la possibilité aux sociétés privées de postuler, faire un appel d’offres. Quand vous mettez des incompétents à la tête d’un pays, vous n’aurez pas de résultats. Vivement 2020 pour que Cellou arrive au pouvoir, qu’on apprenne à ces apprentis-là comment on gère un pays », a-t-il lancé.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél. : 00224 623 53 25 04

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin