Justice : le collégien, l’arme et le gendarme

image d’archive

Poursuivi pour détention illégale d’arme et de munitions, Thierno Macky Fall, domicilié au quartier CBA, dans la préfecture de Coyah, a été entendu au tribunal correctionnel de Mafanco le jeudi dernier, 29 août 2019. Cet élève en classe de 9ème année, âgé de 23 ans, a été mis aux arrêts suite à une dénonciation d’un gendarme qui est son colocataire, a appris Guineematin.com à travers son reporter qui était au tribunal.

Selon nos informations, Thierno Macky Fall est détenu à la maison centrale de Coronthie depuis le 8 août 2019. Il est accusé d’avoir détenu illégalement une arme de fabrication locale de calibre 12 ainsi que 3 cartouches soigneusement gardées dans sa chambre. Thierno Macky Fall soutient avoir ramassé l’arme ainsi que les cartouches à 0 h pendant qu’il rentrait d’une veillée.

Appelé à la barre par le juge Amadou Kindy Baldé, le jeune prévenu a expliqué ce qui s’est passé. « Mr le président je ne reconnais pas avoir détenu illégalement l’arme, mais je reconnais qu’elle a été retrouvée dans ma chambre. Il était 0 h quand je quittais là où on veille à la plaque, j’avais une torche, je marchais, la lumière de ma torche s’est pointée sur l’arme ainsi que les cartouches qui étaient attachées à l’arme. J’ai tout ramassé pour envoyer chez moi. J’ai tout gardé dans ma chambre. Deux semaines après, ils m’ont arrêté parce que mon ami qui est gendarme à la BAC 7 m’a dénoncé dans son unité. C’est ainsi que je me suis retrouvé en prison ».

La procureure Joséphine Loly Tinkiano, ne s’est pas laissé convaincre par les explications du jeune homme. Elle va demander au prévenu d’être franc et de dire toute la vérité. « Si vous avez ramassé l’arme, pourquoi ne pas l’avoir déclaré à la gendarmerie ou la police ou bien de le dire à votre ami gendarme qui dort dans la même chambre que vous ? »

Le prévenu va camper sur sa position, arguant qu’il a ramassé l’arme par terre et qu’il avait eu peur de la déclarer pour ne pas qu’on pense du mal de lui.

Des propos balayés d’un revers de main par la procureure. « Vous gardez l’arme durant deux semaines dans votre chambre sans dire à qui que ça soit, sans la rendre et vous nous dites que rien ne motivait cette démarche ? D’accord, vous l’avez ramassée, mais si vous n’aviez pas l’intention d’en faire usage, vous auriez au moins dû le dire à votre ami, de surcroît qui est gendarme. Vous ne l’avez pas fait parce que vous aviez quelque chose derrière la tête », a lancé Joséphine Loly Tinkiano.

Dans ces réquisitions, la représentante du ministère publique va indiquer que la loi sur la détention illégale d’arme est claire avant de demander au tribunal de faire application de la loi. « Malgré qu’il n’ait pas reconnu les faits, mais selon lui, l’arme a été retrouvée dans sa chambre et il l’a gardée durant deux semaines sans la déclarer à la famille, ni à la gendarmerie ou à la police. Nous ne savons pas quelles étaient ses intentions. Mais, la loi LOO8 du 22 juin 1987 est claire sur la détention illégale d’armes. C’est pourquoi Mr le président, le ministère public requiert qu’il vous plaise de le retenir dans les liens de la culpabilité de détention illégale d’arme. Pour la répression, vous ferez application de l’article 17 de la loi portant sur les armes en le condamnant à 2 ans d’emprisonnement et au payement d’une amende de 800 mille FG », a-t-elle requis.

Après les réquisitions du ministère public, le juge Amadou Kindy Baldé va demander au prévenu son dernier mot pour sa propre défense. Sans avoir compris le rôle de la procureure, Thierno Macky Fall dira : « monsieur le juge, je regrette mon acte. Mais, je vous demande de diminuer la peine à 6 mois au lieu de 2 ans… ».

Le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le lundi prochain, 2 septembre 2019.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 623 53 25 04

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS