Kindia : les chefs de quartiers outillés en résolution des conflits et prévention de la délinquance

1 août 2019 à 10 10 52 08528

Les 33 chefs de quartiers de la ville de Kindia viennent d’être formés sur les techniques de résolution des conflits et de prévention de la délinquance. Cette formation a été organisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Partenaires pour la sécurité en Guinée : la réforme de la police au service du citoyen ». Un projet financé par le Département d’État Américain et exécuté sur le terrain par PartnersGlobal, COGINTA et le CECIDE, rapporte un correspondant de Guineematin.com à Kindia.

Capitaine Mamoudou Camara, responsable du service sécurité de quartiers au commissariat central de police de Kindia
Capitaine Mamoudou Camara, responsable du service sécurité de quartiers au commissariat central de police de Kindia

Selon le Capitaine Mamoudou Camara, responsable du service sécurité de quartiers (SSQ) au commissariat central de police de Kindia, « il a été question pendant ces trois jours de travaux (du 29 au 31 juillet 2019), de former les chefs des quartiers en techniques de négociations et de résolution des problèmes au niveau de leurs circonscriptions. Ces chefs de quartiers ont été formés donc en techniques de résolution des conflits. On a également abordé la question de la prévention des conflits au niveau de leurs quartiers. On les a briefés également sur la création du service de sécurité des quartiers (SSQ) », a expliqué l’officier de police, au sortir des travaux.

Présidant la cérémonie de clôture de cet atelier, madame Camara Mame Joséphine Doré, secrétaire générale de la commune urbaine de Kindia, a indiqué que cette formation revêt une grande importance pour la ville de Kindia.

madame Camara Mame Joséphine Doré, secrétaire générale de la commune urbaine de Kindia
Mme Camara Mame Joséphine Doré, Secrétaire Générale de la commune urbaine de Kindia

« Cette formation est très importante dans la mesure où elle permet de rapprocher la police des citoyens, des populations. Puisque vous n’êtes pas sans savoir que les chefs de quartiers sont l’autorité la plus proche des populations. Ce sont eux qui sont l’interface, la courroie de transmission aussi entre les élus locaux et les populations au niveau de leurs différents quartiers. Il était important donc que les chefs de quartiers soient outillés par rapport à cette notion de police de proximité. Parce que maintenant il y a une direction qui est créée au niveau du commissariat central, qui ne s’occupe que des problèmes des différents quartiers. Donc tout cela a été expliqué aux participants pour que désormais ils puissent écouter les citoyens à la base et qu’ils essayent de faire de restitutions (…) C’est aux chefs de quartiers d’éliminer la méfiance, le mépris et la peur qui existent entre la police et la population en leur expliquant clairement tout ce qu’ils ont appris pendant ces trois jours. Nous remercions et encourageons le projet COGINTA et ses partenaires », a déclaré la secrétaire générale de la mairie de Kindia.

Au nom des participants à cet atelier, Madame Hadiatou Diallo, cheffe du quartier Cacia 2, a félicité et remercié les initiateurs de cette formation. Selon elle, les chafs de quartiers sortent, bien outillés, de cet atelier.

Hadiatou Diallo, cheffe du quartier Cacia 2
Madame Hadiatou Diallo, cheffe du quartier Cacia 2

« Nous responsables locaux des 33 quartiers de la commune urbaine de Kindia, sommes très heureux de cette initiative de l’ONG COGINTA et ses partenaires en Guinée. Nous sommes très ravis de la formation, qui va nous permettre de prévenir des troubles et résoudre les problèmes dans nos communautés. Nous a été bien outillés et nous avons compris que la synergie entre la police de proximité, les citoyens et nous, n’est pas un tabou. Cela peut contribuer à l’apaisement et à la tranquillité dans la cité », a dit dame Hadiatou Diallo.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 516 796

Lire

Hausse du prix du carburant : « le gouvernement fait payer à la population son manque de sérieux »

1 août 2019 à 10 10 16 08168

Libre Opinion : La pression fiscale sur une matière imposable étroite et non diversifiée risque de ralentir le rythme de l’économie en réduisant considérablement le niveau de consommation. Mais, en matière de gouvernance économique, la particularité des dirigeants mal inspirés est la taxation abusive d’un panier réduit de produits les plus consommés car, manquant d’initiatives qui élargissent la matière imposable pour augmenter le potentiel de recettes, ils choisissent souvent des options autoritaires et simplistes.

Pour le cas particulier de cette décision du gouvernement de faire passer le prix du litre de carburant de 9 500 FG à 10 000 FG, ce n’est pas le montant augmenté qui pose problème mais le principe de l’augmentation et ses effets. Il se trouve que la situation précaire des emplois et le niveau élevé de pauvreté font que le volume des consommateurs réels dans notre économie est non seulement très faible, mais aussi les quelques rares travailleurs ont un pouvoir d’achat limité.

Ceci étant, tout porte à croire que le gouvernement, après avoir épuisé la moitié de l’exercice budgétaire 2019 sans obtenir des résultats économiques tangibles, a décidé ainsi de faire du rattrapage en adoptant une approche qui, sur le court terme, peut paraître efficace si l’on observe les résultats de la mesure sous l’angle des recettes publiques; mais elle sera certainement contre-productive sur le moyen et long terme car le manque de vision et les mauvaises habitudes dans la gouvernance (corruption, clientélisme, détournement, amateurisme…) vont amoindrir les impacts ainsi obtenus et la pauvreté grandissante deviendra un frein à la mobilisation des recettes car la matière imposable disparaîtra progressivement. Ce qui aura pour conséquence de multiples crises qui fragiliseront davantage l’économie.

Au-delà, le fait de justifier cette augmentation du prix par les cours mondiaux des produits pétroliers alors que le même gouvernement avait refusé de baisser le prix du carburant lorsque la tendance était à la baisse sur le marché mondial, montre toute la dimension du manque de sérieux de nos dirigeants. Et d’ailleurs il faut préciser que la tendance du prix reste toujours baissière contrairement à leur affirmation.

Au regard de tous ces paradoxes, il faudrait comprendre qu’en Guinée, généralement, les augmentations des prix ne peuvent se justifier par la conjoncture internationale pour la simple raison que les grands problèmes de notre économie sont liés à des causes internes. En illustration, le fait qu’une bonne partie de l’architecture du prix du litre à la pompe soit composée de taxes diverses dont la plupart sont spéciales, démontre suffisamment cet état de fait. Cela dénote le focus que l’Etat met sur cette denrée très consommée pour en faire une solution de rattrapage de ses nombreux dérapages et contre-performances par rapport a ses objectifs budgétaires. Et il en fait recours à chaque fois qu’il est coincé.

Enfin, pour le cas spécifique du carburant, il est important de savoir que le prix à la pompe n’est pas directement lié au prix du baril sur le marché boursier. Alors, si on ajoute que le principe de la fluctuation suppose la variation des cours dans les deux sens (hausse et baisse), étant donné que notre gouvernement ne s’ajuste qu’à la hausse, il y va de soi qu’on en déduit que nos dirigeants ne sont que des menteurs et des paresseux.

Aliou BAH

Président de l’organe provisoire de direction du MoDeL

Lire

Incendie d’un groupe à EDG/Kankan : « c’est lié à une élévation de température »

1 août 2019 à 10 10 01 08018

Comme annoncé hier, un des groupes électrogènes de la centrale thermique de Kankan a pris feu dans la nuit de mardi à mercredi, 31 juillet 2019. Après vérification, les responsables ont écarté la piste criminelle. Selon le premier rapport d’enquête, le groupe électrogène a été victime d’une élévation de température qui a déclenché l’incendie de sa partie mécanique, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le rapport mis à la disposition des médias dans l’après-midi d’hier mercredi fait état d’une surcharge sur le groupe électrogène, provoquant une élévation de la température.

Sagno Lamine Evance, coordinateur des centres de l’intérieur à l’EDG
Sagno Lamine Evance, coordinateur des centres de l’intérieur à l’EDG

Selon le coordinateur des centres de l’intérieur à l’EDG, Sagno Lamine Evance, c’est le collecteur d’échappement du nouveau groupe électrogène qui est à l’origine de cet incendie. « C’est à 23 heures que le collecteur d’échappement a pris feu. Et, comme il est à proximité du ventilateur et du radiateur, le radiateur étant conçu en aluminium, donc c’est évident qu’en cas d’élévation anormale de la température, c’est lui qui prend le premier coup et quand cela dépasse, vous entendez un bruit, c’est-à-dire une forme d’explosion, mais au niveau du radiateur. C’est ce qui s’est passé hier, le radiateur a fondu. Mais, les dégâts ont été limités, les gens du quartier sont venus nous aidés », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Sagno Lamine Evance a laissé entendre que des actions sont entrain d’être envisagées pour minimiser l’impact de l’explosion de ce groupe sur la fourniture en électricité de la ville de Kankan. « Ce groupe électrogène qui est tombé en panne supporte normalement dix transformateurs qui sont dans beaucoup de quartiers. Ces dix transformateurs, nous allons voir comment est-ce qu’on peut restructurer le réseau et voir comment affecter ces charges-là sur les autres groupes de façon progressive. C’est-à-dire que la facilité qu’on avait avec l’ensemble du groupe électrogène disponible, nous n’avons pas cette même facilité aujourd’hui. Mais, nous réfléchissons sur la restructuration du réseau et avec sureté les résultats vont être probants, puisque déjà nous comptons recevoir d’autres renforts ».

Mohamed Gharé, Gouverneur de la région administrative de Kankan
Mohamed Gharé, Gouverneur de la région administrative de Kankan

Même son de cloche chez le gouverneur de région, Mohamed Gharé qui assure que des dispositions seront prises pour qu’il y ait le courant à Kankan. « Des dispositions vont être prises rapidement pour que Kankan puisse recevoir le courant tel que ça a été promis par le gouvernement. J’invite les uns et les autres à la retenue et au calme », a-t-il dit.

Toutefois, les responsables de la centrale thermique d’EDG de Kankan ne se sont pas prononcés sur la durée que pourrait prendre la réparation de la partie mécanique du groupe en question.

Il faut rappeler qu’on dénombre 12 groupes électrogènes à Kankan pour 63 transformateurs qui normalement devraient fournir 11 MW. Mais, c’est seulement 5 MW qui sont produits alors que les besoins de la population de Kankan sont évalués à 9 MW.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tel : 00 224 627 24 13 24

Lire

Drame à Siguiri : 6 enfants tués et 2 autres blessés par la foudre

1 août 2019 à 9 09 50 08508

Six enfants ont trouvé la mort et deux autres ont été blessés dans un drame survenu dans la soirée d’hier, mercredi 31 juillet 2019, dans la commune urbaine de Siguiri. C’est une décharge électrique qui s’est abattue sur les victimes, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est aux environs de 19 heures que le drame s’est produit à Namanakoura, un secteur de Kourini, relevant de la commune urbaine de Siguiri. Les victimes jouaient sous un manguier lorsque la foudre s’est abattue sur eux, explique Mamadi Doumbouya, témoin des faits. « Il y a plusieurs enfants qui étaient regroupés sous un manguier derrière la cour de ma maison, ils étaient en train de faire du thé. Leurs mères étaient également avec eux.

Quand j’ai constaté qu’il menaçait de pleuvoir et que la nature n’était pas du tout clémente, je leur ai dit d’éteindre leurs téléphones. C’est en ce moment que les femmes ont quitté les lieux pour rentrer à la maison, laissant les enfants seuls sous le manguier. Peu après le départ des dames, la foudre s’est abattue sur les enfants qui sont tombés », a-t-il dit.

Juste après les faits, Mamadi Doumbouya a appelé au secours. Les voisins se sont mobilisés pour venir l’aider à transporter les enfants à l’hôpital. Mais, avant même d’arriver à l’hôpital, 6 d’entre eux avaient déjà trouvé la mort, dont 5 filles âgées toutes d’une dizaine d’années et un garçon de 4 ans. Les deux autres enfants ont été hospitalisés.

Les obsèques des 6 enfants tués sont prévues ce jeudi en présence des autorités locales y compris le préfet de Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

GAC annonce la nomination de son nouveau Chef de la direction

1 août 2019 à 9 09 11 08118
Daniel Cornel Pop, nouveau Chef de la direction de GAC
Daniel Cornel Pop, nouveau Chef de la direction de GAC

Kamsar, Jeudi le 1er Août 2019 : Le Conseil d’administration de Guinea Alumina Corporation (GAC) a annoncé aujourd’hui la nomination de Daniel Cornel Pop au poste de Chef de la direction.

« Daniel est Directeur des Opérations de GAC depuis 2017 et a dirigé les travaux de préparation de l’entreprise aux opérations. Alors que les exportations de bauxite débutent maintenant, nous sommes persuadés que Daniel est la bonne personne pour diriger GAC dans sa phase d’exploitation, » a dit Abdulla Kalban, Directeur général et chef de la direction d’Emirates Global Aluminium et Président du Conseil d’administration de GAC. « Au nom du Conseil, je souhaite à Daniel beaucoup de succès dans ses nouvelles fonctions. »

M. Pop s’est joint à GAC en Mars 2017 en tant que Chef de l’exploitation. Il possède plus de 20 ans d’expérience dans l’industrie minière et a occupé des postes sur quatre continents. Il s’est forgé une solide réputation en dirigeant des exploitations minières de grande envergure et en contribuant à la mise en œuvre de projets miniers dans certaines des régions les plus isolées et problématiques du monde. Il a notamment travaillé pour Rio Tinto, BHP, London Mining et African Minerals, à la fois dans des mines de charbon et des mines métallifères. M. Pop détient un diplôme en génie minier de l’Université de Petrosani, en Roumanie, un diplôme de MBA de l’Université Deakin, en Australie et un certificat australien de gestionnaire minier, en plus d’être membre de l’ordre professionnel des ingénieurs d’Australie (Engineers Australia).

À propos de GAC

Guinea Alumina Corporation S.A. (GAC) est une société minière œuvrant dans les domaines de l’extraction et de l’exportation de bauxite métallurgique. Filiale à part entière d’Emirates Global Aluminium (EGA) établie aux Émirats arabes unis, la société exploite une concession minière située au nord-ouest de la République de Guinée, en Afrique de l’Ouest. Une fois extrait, le minerai est transporté par chemin de fer vers les installations portuaires de la compagnie situées à Kamsar, sur la côte Atlantique du pays, pour ensuite être expédié sur les marchés mondiaux par voie maritime. GAC compte 1 000 employés, produit 12 millions de tonnes de bauxite par année, et son plan minier actuel prévoit une exploitation jusqu’en 2040.

Pour plus de renseignements, visitez : www.gacguinee.com.
Lire