Les membres des démembrements de la CENI dans la commune de Kaloum ont prêté serment ce lundi, 02 août 2019, devant le tribunal de première instance de Conakry 1. Ils ont juré d’assumer pleinement la mission qui leur est assignée dans le respect strict de la loi, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

C’est devant le juge Ibrahima Kabélé Bangoura et le substitut du procureur de la République près le tribunal de première de Kaloum Lansana Sangaré que les membres de la CECI de Kaloum et ceux de la CESPI de Kassa ont prêté serment. A l’ouverture de la séance, le représentant du parquet de Kaloum a rappelé d’abord aux intéressés le sens du serment qu’ils s’apprêtaient à faire.

Lansana Sangaré, substitut du procureur de la République près le tribunal de première de Kaloum
Lansana Sangaré, substitut du procureur de la République près le tribunal de première de Kaloum

« Mesdames et messieurs, le serment que vous allez prêter tout à l’heure va vous rendre membres de la CECI de Kaloum pour les uns et de la CESPI de Kassa pour les autres. Qu’est-ce que c’est que le serment pour vous ? Le serment est un cordon ombilical entre vous membres de quelque bord que ce soit ; que vous soyez de la société civile, de l’administration, de l’opposition ou de la mouvance présidentielle, le cordon ombilical qui est le serment vous rend toujours ensemble. Vous devez travailler ensemble loyalement avec dignité, avec abnégation, avec impartialité, absolument impartialité et que la transparence soit de mise.

A partir de ce serment, vous n’êtes plus membres d’un parti politique. Vous devez absolument observer la neutralité en cas de supervision d’élections. Vous ne devez obéir qu’à la seule et unique autorité de la loi. Vous ne devez exercer aucune activité susceptible de nuire à l’indépendance, à la neutralité, à la transparence et à l’impartialité de la CECI ou de la CESPI. Vous devez garder scrupuleusement le secret des délibérations même après votre fonction », a expliqué monsieur Lansana Sangaré.

Ibrahima Kabélé Bangoura

Abondant dans le même sens, le juge Ibrahima Kabélé Bangoura a fait comprendre aux membres des démembrements de la CENI que le non-respect du serment peut conduire à des sanctions. « Peut-être que cela ne vous dit rien mais pour un homme de foi, pour un homme de conviction, qu’il sache que désormais il est lié par ce serment, tant vis-à-vis de la société, que vis-à-vis de Dieu et vis-à-vis de lui-même. Mais, je trouve que très malheureusement, nous ça ne nous dit rien.

Or, celui-là qui aura prêté serment pour dire je ferai ceci, je ne ferai pas cela, en violant ce serment, il s’expose à ce que l’on appelle parjure. Autrement dit, il est passible de poursuite tant dans ce monde d’ici-bas qu’à l’au-delà devant Dieu, lequel va lui infliger le jugement dernier pour ne pas dire le châtiment. Le serment, il est sacré. Je souhaiterais que vous le conceviez dans ce sens et que vous le respectiez dans ce sens », a lancé le magistrat.

Souleymane Magassouba, président de la CECI de Kaloum

Après la prestation de serment, Souleymane Magassouba, le président de la CECI de Kaloum, a assuré que lui et les membres de sa structure, vont respecter leur engagement. « Je crois que nous sommes dévoués à servir loyalement notre nation. A partir du moment où nous avons une fonction si petite qu’elle soit, quelle que soit sa nature, il faudra que nous l’assumions de façon loyale. Maintenant, pour ce qui concerne la CECI de Kaloum, nous avons la ferme volonté, que ça soit moi le président ou l’ensemble des membres, de servir loyalement le pays indépendamment de nos formations respectives.

Dès demain nous engagerons une série de prise de contact avec les autorités communales concernées par le processus, que ça soit les organisations de la société civile, l’administration, les services de sécurité, pour discuter du processus électoral afin de trouver une solution permettant le bon déroulement des élections législatives et présidentielle », a promis Souleymane Magassouba.

A noter parmi les membres des démembrements concernés, un seul n’a pas prêté serment ce lundi. Il ne s’est pas présenté au tribunal pour des raisons que nous ignorons. Le juge a demandé à ces collègues de faire en sorte qu’il puisse s’acquitter de ce devoir avant de commencer le travail.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin