Après l’installation de ses bases à Mamou, le Front National pour la Défense de la Constitution va à l’offensive sur le terrain. La coordination régionale du FNDC a entamé ce mardi, 03 août 2019, une campagne de distribution de fiches contenant « les 10 raisons de refuser la tenue du référendum » constitutionnel voulu par le pouvoir, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Plus de 2000 copies. C’est ce que les responsables du Front National pour la Défense de la Constitution à Mamou disent avoir distribué en cette journée dans la commune urbaine. Ces fiches comprennent 10 points qui, selon le FNDC, sont des raisons valables qui doivent emmener les citoyens à refuser le projet de nouvelle constitution prôné par le pouvoir de Conakry et qui vise à octroyer un troisième mandat au président Alpha Condé. Ces 10 raisons sont :

  1. La constitution de mai 2010 est le résultat d’un consensus entre les forces de défense et de sécurité, les partis politiques, la société civile, les autorités religieuses et le patronat pour mettre fin à une crise politique aiguë ;
  2. Dans le souci de consolider la paix et l’unité nationale, cette constitution a prévu des dispositions qui ne peuvent en aucun cas être modifiées ;
  3. Selon la constitution, le RPG Arc-en-ciel a le plein droit de présenter un candidat en 2020 autre que le Professeur Alpha Condé ;
  4. En 2010 et en 2015, lors de ses cérémonies d’investiture, monsieur Alpha Condé a prêté serment par deux fois de respecter et de faire respecter la constitution de mai 2010 et les lois de la République. Le serment solennel étant sacré, le trahir est un parjure.
  5. Tout changement ou révision de constitution qui viole les intangibilités constitutionnelles constitue un coup d’État civil, donc un crime ;
  6. La constitution et les lois sont impersonnelles. Elles visent à préserver la paix sociale et à protéger l’intérêt général. Elles ne peuvent donc être arrangées ni pour une personne, ni contre une personne ;
  7. Le projet de « 3ème Mandat » appelé nouvelle constitution est un Coup d’État qui vise à préserver les intérêts d’un groupe d’individus au détriment du peuple. Ce qui constitue une oppression pour la majorité ;
  8. L’alinéa 4 de l’article 21 de la constitution guinéenne dispose : « le peuple a le droit de résister à l’oppression » ;
  9. Tout patriote a le devoir de respecter scrupuleusement les dispositions de l’article 21 de la constitution en s’opposant catégoriquement à ce prétendu référendum qui n’est qu’un coup d’État civil dangereux pour la patrie ;
  10. Le projet du « 3ème mandat » appelé nouvelle constitution est un coup d’État civil entrepris par des cadres de l’État dont le seul but est de pérenniser le système mafieux installé au cœur de l’État pour piller les ressources de la nation au détriment du peuple.
Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur régional du Front National pour la Défense de la Constitution

Mamadou Aliou Madina Diallo, coordinateur régional du Front National pour la Défense de la Constitution, a invité les populations de Mamou à s’inspirer de ces 10 points pour s’opposer au projet de changement de constitution. « Nous demandons aux braves populations de Mamou de lire ces fiches et de mettre en pratique ces dix points. C’est une initiative du bureau national du front. Nous demandons aux braves populations de Mamou de rester attentives et prêtes en cas d’appel du front national pour la défense de la constitution de sortir et barrer la route à ceux qui veulent attiser le feu en Guinée. Nous allons user de tous les moyens légaux pour que la constitution soit respectée », a dit le coordinateur régional.

Mamadou Madjou Diallo, secrétaire administratif adjoint du front régional de Mamou

Même son de cloche chez Mamadou Madjou Diallo, secrétaire administratif adjoint du front régional de Mamou. Selon lui, il n’y a aucune raison valable qui justifie un changement de l’actuelle constitution. « Nous avons compris que ceux qui veulent frelater la constitution n’ont rien compris car cette constitution n’a aucun handicap. Elle a été acceptée par tous les acteurs politiques, la société civile, tout le monde. La constitution guinéenne est la maison commune de tous les Guinéens. Nous demandons à tout le monde d’adhérer à ce combat. Nous demandons à Mamou et à la Guinée en général de prendre connaissance de ces dix points. Nous demandons conséquemment à toutes les forces vives du pays et à nos compatriotes de dire non à la nouvelle constitution », a lancé le secrétaire fédéral de l’UFDG à Mamou.

Aïcha Diallo, membre de l’antenne préfectorale du FNDC à Mamou

De son côté Aïcha Diallo, membre de l’antenne préfectorale du FNDC à Mamou et qui pris part à cette tournée de sensibilisation, a invité particulièrement les femmes à s’engager dans ce combat. « J’invite les femmes de Mamou à adhérer massivement à ce mouvement du FNDC pour défendre la constitution de notre pays. Nous sommes les premières victimes du pays, nos enfants finissent les études, ils ne trouvent pas de l’emploi. Nous partons tous les jours à Conakry sur cette route boueuse et glissante. Deux mandats c’est bon pour le président, nous lui remercions très infiniment », a ironisé cette dame.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625 69 89 19/657 34 39 39

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin