Dans le cadre de l’exécution du Projet d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité (PARSS3-MSPC) financé par l’Union européenne, soixante douze (72) fonctionnaires de police ont bouclé une formation de six semaines ce vendredi, 6 septembre 2019. C’est l’Ecole Nationale de Police et de Protection Civile (ENPPC) de Kagbélen qui a servi de cadre à la remise des attestations à ces agents outillés en « traitement judiciaire de la petite délinquance ». Ils sont tous venus des commissariats de Coyah, Dubréka et Kaporo-rails, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette cérémonie de remise d’attestation s’est déroulée en présence de cadres du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, des partenaires au développement et des représentants des parquets de Coyah et de Dubréka.

Charles Tewa, directeur de la formation à l’Ecole Nationale de Police et de Protection Civile

Dans son discours, Charles Tewa, directeur de la formation à l’ENPPC, a dévoilé l’objectif de la formation de ces 72 cadres de la police. « L’objectif général visé par cette formation est de fournir aux stagiaires des techniques d’enquêtes judiciaires pour la petite délinquance. Désormais, ces stagiaires seront capables de faire la procédure complète pour la petite délinquance, de la saisine jusqu’à la transmission des procès -verbaux dans le sens du respect de la loi au parquet. Dans le cadre de cette formation, différentes matières juridiques ont été enseignées, notamment le droit pénal général, le droit pénal spécial, la procédure pénale », a-t-il énuméré.

Bolly Madiliane, chargée de projet à CIVIPOL

De son côté, Bolly Madiliane, chargée de projet à CIVIPOL, a dit que l’objectif général du PARSS3 en ce qui concerne la police de proximité « est de renforcer la capacité des policiers par la formation, la fourniture d’équipements et de matériels, la rénovation, la réhabilitation de leurs structures, le renforcement des capacités de l’OPROGEM dans l’accueil et l’accompagnement des personnes vulnérables victimes de violence. CIVIPOL, opérateur du ministère de l’intérieur français, poursuit l’introduction et la mise en place de la police de proximité dans les zones de Coyah et Dubréka, dans la continuité des précédents projets qui ont eu lieu entre 2013 et 2017 dans les communes de Matam, Ratoma, Matoto et N’zérékoré ».

Abondant dans le même sens, Raymond LATASTE, chargé de programmes à la délégation de l’Union européenne en Guinée, a dit sa joie de prendre part à cette cérémonie. Selon lui, depuis 2013 son institution apporte un appui important à la République de Guinée à travers notamment la mise en place de la police de proximité à Conakry, Coyah et Dubréka. « La police de proximité n’est pas une nouvelle police, mais une nouvelle utilisation de la police, où les policiers ne font plus uniquement de la répression de l’insécurité, mais aussi de la prévention, en allant au contact de la population, en accueillant les citoyens dans les commissariats de manière courtoise et professionnelle. La police de proximité participe également au renforcement de la justice en encourageant les citoyens à se tourner vers le commissariat en cas de conflit ou pour porter plainte. C’est pour cela que la formation au traitement judiciaire de la petite délinquance a été organisée pour 72 commissaires et officiers de police des commissariats de Coyah et Dubréka, tous officiers de police judiciaire. L’objectif de cette formation est de renforcer leurs compétences en matière d’enquêtes judiciaires et de procédures pénales, pour que les policiers transmettent aux tribunaux des preuves irréfutables sur la culpabilité des individus, afin que les conflits soient résolus par la justice et que les délinquants soient punis conformément à la loi », a expliqué le représentant de l’UE.

Pour sa part, le Contrôleur Général Hamidou Babacar Sarr, conseiller chargé des questions de police au ministère de la Sécurité et de la Protection civile, représentant le ministre à cette rencontre, a remercié l’Union européenne pour tout l’appui qu’elle apporte à la Guinée dans le domaine de la qualification de la police. « Le président de la République, le professeur Alpha Condé, a placé la réforme du secteur de la sécurité au centre de ses préoccupations. Depuis le lancement du projet de police de proximité en juin 2013, l’Union européenne a grandement œuvré à sa mise en place grâce aux financements obtenus auprès d’elle à travers le financement des différents programmes. En m’adressant aux bénéficiaires, je vais vous demander de capitaliser tous les acquis issus de cette formation. Elle vous permettra désormais de mener à bien les enquêtes judiciaires, dans les règles de la procédure pénale. En effet, vous êtes dotés de bonnes connaissances de base sur la chaîne pénale. Vous êtes préparés à vous soumettre aux règles de contrôle. C’est également une formation qui renforce vos capacités d’action et de professionnalisme », a-t-il fait remarquer.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin