Elhadj Mamadou Saïdou Diallo, imam de la grande mosquée de Bambéto

Les fidèles musulmans de Guinée et ceux de beaucoup d’autres pays du monde vont célébrer Achoura le lundi prochain, 09 septembre 2019. 10ème jour du premier mois du calendrier musulman, cette date a une importance particulière pour les fidèles de la religion musulmane. Quelle est la particularité de cette date ? Comment doit-on la célébrer ? Un reporter de Guineematin.com a posé ces questions à Elhadj Mamadou Saidou Diallo, le premier imam de la grande mosquée de Bambéto, dans la commune de Ratoma.

Guineematin.com : les fidèles musulmans vont célébrer lundi prochain Achoura. Selon les religieux, c’est une date importante, mais elle est peu connue aujourd’hui notamment dans les villes. Parlez-nous-en.

Elhadj Mamadou Saidou Diallo : c’est une date très importante mais qui n’est pas célébrée comme les deux grandes fêtes musulmanes : l’Aïd el Fitr (Fête de Ramadan) et l’Aïd el Kébir (Fête de Tabaski). A l’occasion de ces deux fêtes, les musulmans doivent aller faire une prière au niveau d’un espace réservé à cet effet. Mais pour Achoura, c’est différent. Là, il n’est pas question d’aller faire une prière pour marquer cet événement. D’abord, il faut dire que tout ce mois appelé Mouharram est béni par Dieu, c’est un mois très important pour les musulmans. Et particulièrement, le dixième jour de ce mois qu’on appelle Achoura. Selon la sounna (tradition) du Prophète Mohamed (PSL), beaucoup d’événements importants se sont produits en ce jour.

C’est notamment le jour à l’occasion duquel Allah a accordé le pardon à Adam, élevé le Prophète Idris à une haute dignité, sauvé Nûh (Noé) d’une grande catastrophe, sauvé Ibrahim (Abraham) du feu. C’est à ce jour que Dieu a révélé la Thora à Moussa (Moïse), fait sortir Youssouf (Joseph) de la prison, redonné à Yaaqûb (Jacob) la vue, fait sortir Younous (Jonas) des entrailles du poisson, fait traverser la mer rouge aux enfants d’Israël (qui fuyaient Pharaons et ses hommes, ndlr), pardonné à David ses péchés, donné la royauté à Souleymane (Salomon), pardonné à Muhammad (Mohamed) tous ses péchés passés et à venir.

C’est également le premier jour de la Création, c’est la première fois où la pluie est tombée sur terre, de même la première fois où la miséricorde divine est descendue sur terre. C’est le jour où Allah a créé le Trône, la Tablette et le Qalam (la Plume). C’est le jour où l’ange Gabriel a été créé, le jour de l’Ascension de Issa (Jésus) et ce sera le jour de la fin du monde.

Guineematin.com : pourquoi doit-on célébrer cette date ?

Elhadj Mamadou Saidou Diallo : c’est pour magnifier ces œuvres, se purifier davantage et continuer à faire du bien et s’éloigner des interdits que les musulmans commémorent cette date.

Guineematin.com : il y a cependant quelques divergences entre les musulmans, selon les sectes, autour de la façon de célébrer cette date. Selon vous, qu’est-ce que le musulman doit faire à cette occasion ?

Elhadj Mamadou Saïdou Diallo, imam de la grande mosquée de Bambéto

Elhadj Mamadou Saidou Diallo : le prophète a recommandé à ce que l’on jeûne ce jour-là. Le prophète lui-même l’a fait, il a recommandé à tous les musulmans de le faire, c’est pour dire que c’est quelque chose qui est très important. Après qu’il soit parti de Médine pour la Mecque, il a promis à un moment donné que si cette date le trouver une nouvelle fois en vie, il jeûnerait le 9ème et le 10ème jour pour faire une différence entre les musulmans et les juifs qui, eux-aussi, jeûnent à cette occasion. Mais, le prophète est décédé avant cela, il n’a pas pu donc accomplir cette promesse. Mais, il est important que les musulmans jeûnent le 9 et le 10 de ce mois comme l’avait souhaité le prophète Mohamed (PSL).

Ce n’est évidemment pas une obligation, mais c’est très important de le faire parce que c’est une sounna de notre prophète. Et il a dit que celui qui jeûne à l’occasion d’Achoura verra tous ses pêchés de l’année écoulée effacés. A part le Ramadan, il n’y a pas un autre mois de l’année plus propice pour le jeun que ce premier mois de l’année musulmane. En plus du jeun, il faut faire des sacrifices à l’occasion de cette date, donner ce qu’on aux pauvres, aux orphelins, aux nécessiteux en général.

Au-delà de tout ça, Achoura est une occasion pour les musulmans d’aller rendre visite à leur entourage, leurs parents, leurs amis et connaissances. Car sur les 12 mois de l’année, certains n’ont pas le temps de se retrouver qu’à cette seule occasion. Ces salutations d’usage font partie des recommandations de Dieu. L’amour, la fraternité, l’entraide entre les musulmans sont des choses que Dieu recommande aux musulmans de faire à tout moment surtout à l’occasion de ce premier mois de l’année musulmane, plus précisément à l’occasion du 10ème jour de ce mois.

Nous, on voyait nos grands-parents offrir beaucoup de choses à des passagers, à des orphelins, à des talibés venus d’ailleurs. Ils partaient également dans d’autres familles pour leur souhaiter bonne fête et bonne année. En même temps, ils faisaient des bénédictions pour toute personne qu’ils rencontraient ou qu’ils visitaient. Il y a aussi des enfants qui faisaient le tour des concessions et on leur offrait des cadeaux et leur faisait également des bénédictions. Aujourd’hui, par la volonté de beaucoup de personnes, ces pratiques ont tendance malheureusement à disparaitre. Mais en quoi est-il mauvais d’offrir des biens à des gens nécessiteux ?

Pendant cette, il n’est pas recommandé à qui que ce soit d’aller se saouler, d’aller voler, danser, chanter ou faire du banditisme. Il est recommandé à chaque musulman de prier, de jeûner, de lire le coran, d’aller saluer son prochain et faire du bien aux autres. Celui qui est contre ça, n’a qu’à laisse les gens libres.

Je demande à ceux qui banalisent cette fête d’accepter les autres tels qu’ils sont. Ils ne sont pas obligés d’aimer mais qu’ils laissent au moins ceux qui veulent célébrer la fête la célébrer. Je crois que chacun cherche à être apprécié par Dieu. Si cette pratique qui est recommandée par la sounna du prophète ne leur plait pas, que les musulmans veuillent au moins s’accepter et se respecter entre eux. Je crois que les musulmans ont deux choses communes : le coran et la sounna du prophète.

Propos recueillis et décryptés par Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin