De nombreux accidents de la circulation sont enregistrés tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Au delà du nombre élevé de morts, on note de nombreux cas de blessés qui sont envoyés dans les structures sanitaires. Certaines victimes de fractures, d’entorses ou de luxations s’orientent le plus souvent vers la médecine traditionnelle pour leur traitement. Ces tradi-praticiens sont très prisés et leurs locaux ne désemplissent pas de malades. C’est le cas à Simbaya Gare, relevant de la commune de Matoto, à quelques pas du marché à bétail, où Kolié Siba pratique le traitement traditionnel de l’os, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

De nos jours, plusieurs personnes font recours à la médecine traditionnelle pour soigner les fractures ou entorse dont elles sont victimes. Les responsables de ces structures reçoivent un nombre important de blessés.

Siba Kolié
Siba Kolié

C’est le cas de Siba Kolié qui pratique cette activité depuis de très longues années. Selon lui, le traitement de l’os est certes traditionnel, mais la radiographie est obligatoire pour tout patient qui sollicite ses services. « C’est un traitement qui est purement traditionnel. On utilise le kaolin avec une solution traditionnelle avant d’attacher la fracture. Mais avant de commencer tout travail, nous exigeons de faire la radio d’abord. Nous sommes en partenariat avec ceux qui font la radio dans les hôpitaux. Parfois, si on a des fractures ouvertes, on est obligé de mélanger le traitement moderne et celui traditionnel. Nous disposons d’un médecin qui est spécialisée pour l’opération et la chirurgie moderne », a expliqué monsieur Kolié.

Pour ce qui est de la durée du traitement et des frais y afférents, Siba Kolié a fait savoir que beaucoup de facteurs entrent en ligne de compte. « Le traitement dure par rapport à la fracture. Si c’est une fracture ouverte, le traitement dure 3 à 4 mois. Mais, si c’est une fracture fermée, la durée du traitement est de 2mois. Par rapport au prix, ce prix même est traditionnel. Lorsque la personne vient, on te demande d’abord d’amener les colas traditionnels. Ce qui est à 7 mille FG. Si la fracture n’es pas ouverte, on fait le traitement à 400 mille FG. Mais, si c’est une fracture ouverte, on fait le traitement à 1 million 500 mille FG. Les clients viennent en fonction du temps. Pendant la saison des pluies, on a plus de patients que pendant la saison sèche ».

Parlant de son personnel, Siba Kolié a fait savoir qu’il compte 10 employés avec qui il travaille régulièrement. « Le local-là, c’est chez nous. Pour les employés, ils ont au nombre de 10 personnes. Chacun d’entre eux a une fonction par rapport au travail qu’on fait ici. Et ce personnel, c’est presque la famille. On a beaucoup de clients qui nous payent en fonction de la nature de la fracture. Nous travaillons ici avec une vieille dame, du nom de Maman Paula Sény Haoulohara, qui est surnommée Mama Africa. Elle est la cheffe et fait ce travail depuis 2004. Elle a hérité le travail-là de sa maman », a révélé Siba Kolié.

Aïssatou Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin