Comme annoncé précédemment, le concours d’accès aux écoles techniques et professionnelles a démarré hier, lundi 09 septembre 2019, sur l’ensemble du territoire guinéen. Dans la préfecture de Kindia, 1061 candidats vont prendre part à ces évaluations, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants sur place.

C’est à l’école normale des instituteurs de Kindia que se déroule ce concours, qui a démarré avec les candidats de l’ENAM. « On a commencé avec les candidats de l’ENAM dans la préfecture de Kindia, où nous avons 1061 candidats pour les différentes filières : ENS 655 candidats ; ENI 294 candidats ; Enseignement général 34 candidats pour le préscolaire et 9 candidats pour le Franco-arabe ; CFP 229 candidats et l’ENAM 32 candidats », a indiqué Samuel Mansaré, directeur par intérim chargé des examens et concours à la direction préfectorale de l’enseignement technique et professionnel de Kindia.

Interrogé sur le déroulement de ces épreuves, Aboubacar Soumah, le délégué national qui supervise le concours à Kindia, a salué la qualité de l’organisation. « L’organisation est à la hauteur de l’attente. On a tenu une très grande réunion avec les candidats pour les derniers réglages avant le début des épreuves. On a parlé de ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Mais, je me suis personnellement impliqué dans la collecte des dossiers, l’inspecteur de la région de Kindia aussi s’est impliqué pour que les choses se passent dans les règles de l’art.

On a d’abord vérifié l’authenticité des diplômes parce que si tu n’as pas un bon diplôme, tu ne peux pas être enregistré. Il y a deux types de concours, à savoir le type A et le type B. Pour le type A, on n’a pas assez de pression mais le type B notamment l’ENAM, l’ENI, l’Ecole Nationale de la Santé(ENS) etc. il faut absolument avoir le Baccalauréat », a dit monsieur Soumah.

A l’issue de la première journée, certains candidats ont affiché un sentiment de satisfaction et d’espoir. C’est le cas de Mohamed Lamine Savané, candidat au concours de type B pour le compte de l’ENAM. « J’ai abordé les premières épreuves avec sérénité et j’ai un très bon sentiment, parce que je n’ai pas eu de difficultés. Le sujet de français par exemple était à ma portée parce qu’il parle du développement de notre pays. Donc tout se passe bien pour l’instant, je prie le bon Dieu que ça continue comme ça », a-t-il dit.

De Kindia, Amadou Bailo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com