Suite à la l’annonce de la date de la prochaine rentrée scolaire, les préparatifs ont commencé chez tous les acteurs concernés. A Conakry, les fournitures scolaires ont envahi les marchés. Les vendeurs ont fait le plein de leurs places, mais les clients, eux, se font rares pour le moment, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu au marché de Taouyah, dans la commune de Ratoma.

Dans trois semaines et deux jours précisément (le 03 octobre 2019), les élèves guinéens et leurs enseignants reprendront le chemin des classes. Après l’annonce de la date de la rentrée par le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, l’heure est aux préparatifs. C’est dans ce cadre que plusieurs marchands ont rempli leurs places de fournitures scolaires. C’est le cas de Mamadou Tafsir Diallo, vendeur de tenues scolaires au marché de Taouyah.

« Nous nous préparons par rapport à l’ouverture des classes. Nous avons envoyé différents types de tenues scolaires ; que ce soit pour les lycéens, les collégiens ou ceux du primaire, tout est disponible. Et, les prix n’ont pas varié pour le moment : les tenues kaki (pour les collégiens), le mètre se vend à 20 mille et à 22 mille francs. La tenue des lycéens, le mètre est vendu à 25 mille. Et les tenues d’écoliers, le mètre coûte entre 15 mille et 20 mille francs », a-t-il expliqué, précisant que « pour l’instant, l’engouement n’est pas de taille, les clients ne viennent pas d’abord en grand nombre. Mais, on espère qu’ils viendront au fur et à mesure que la date de la rentrée approchera ».

Nantenin Keita, vend également des fournitures scolaires dans ce marché. Selon elle, « le prix des cahiers a connu une légère augmentation par rapport à l’année passée. Le paquet de cahiers de 100 pages et de 200 pages coûte 15 mille francs alors qu’il était vendu ici à 13 mille l’année dernière. Pour les stylos, les ardoises et les sacs, les prix sont les mêmes. Pour les sacs par exemple, ils varient en fonction de la qualité », a expliqué la vendeuse, qui se plaint également de la rareté des clients.

Une situation que Alpha Sow, parent d’élèves, explique par la conjoncture économique difficile. « Je crois que c’est la conjoncture économique qui explique le manque d’affluence des clients. Car beaucoup de parents n’ont pas les moyens pour acheter les fournitures scolaires au même moment. Donc nous nous préparons petit à petit en faisant des achats étape à par étape », a-t-il souligné.

Aïssatou Sow pour Guineematin.com

Tel: 628 50 73 80

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com