Ecole coranique : le devoir d’un mari pour l’harmonie du foyer conjugal

Dans ce chapitre de son poème « cadeau de l’école coranique », Amadou Fouta Djallon explique en 102 vers ce que le conjoint doit faire en tant que chef de famille pour maintenir l’entente, la cohésion et l’harmonie dans son foyer conjugal, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers la vidéo ci-dessous.

A ce niveau, il commence par expliquer que l’homme doit montrer qu’il mérite d’avoir une femme par la qualité de l’entretien et les soins qu’il apporte à son épouse.

« Va chercher d’abord une maison pour que vous ayez où habiter. (Celui qui se colle une femme ne doit pas se coller à quelqu’un, parce que le Tout Puissant Allah a indiqué que c’est vous qui avez le devoir de loger vos familles : vos épouses, vos enfants et tout ce qui les suit). Va fournir un effort pour travailler en vue de trouver les moyens de votre subsistance, parce que faire semblant de travailler ne donne pas la prospérité, faire semblant d’étudier ou d’apprendre ne donne pas la culture et le savoir. Ne néglige pas les travaux licites pour suivre ton orgueil. Il ne faut pas avoir honte de faire les travaux de manutention ou ménager. (Selon ce que nous avons appris dans les écritures, il y a des compagnons du Prophète (PSL) qui partaient chez quelqu’un proposer leurs services pour certains travaux domestiques en vue de gagner la dépense de leurs familles qu’ils ont la charge de nourrir et entretenir. Ce qui fait que quel que soit l’activité que nous menons, nous devons nous mettre dans la tête que nous devons vivre et nourrir nos familles du licite, sans tendre la main à quelqu’un). Car, un homme c’est celui qui a le courage de chercher du licite et qui n’aime pas tendre la main. Que Dieu donne de l’ouverture à celui qui sort pour chercher à vivre du licite. Celui qui mange n’a qu’à faire manger sa femme. Il ne faut pas manger et boire en se mettant à jurer. Celui qui s’achète des habits n’a qu’à habiller sa femme. Si elle tombe malade, fait un effort pour la soigner. Si tu as les moyens, il faut donner une dépense suffisante, si tu n’en a pas, il faut avoir de paroles qui soulagent la femme. (A partir du moment où c’est toi qui dois donner, si tu n’en a pas, tu ne dois pas menacer, il faut bien parler à ta femme, parce qu’elle ne s’est pas trompée. Elle a réclamé la dépense à celui qu’elle doit demander). Si elle commet une faute, il faut l’appeler pour prodiguer des conseils, peut-être elle va regretter et suivre le bon chemin. Couper la parole si elle refuse, et cesser de la commissionner jusqu’à ce qu’elle regrette et présente ses excuses. (…). Les conseils suffisent une femme intègre. On n’a pas besoin de lui couper la parole. Quand elle est soumise, il faut éviter la dictature, parce que Dieu voit ce que nous avons dans le cœur, si tu accuse, tu vas le regretter le jour du jugement dernier. (Nous rappelons que chacun de ses vers s’appuie sur des versets du Coran des hadiths du Prophète (PSL)). Dieu nous les a confiées, mais Il pouvait inverser les rôles. (Le Prophète (PSL) avait demandé à des hommes à faire attention et à craindre Dieu en ce qui concerne vos bonnes et vos épouses. Sachez que Dieu les a prises pour vous les confier, elles font ce que vous voulez et ce que vous dites. Mais, retenez que si Dieu le voulait Il allait vous prendre vous et vous confier à ces femmes). Regardes alors, si c’était toi, comment tu aurais souhaité être traité. Celui qui donne créances s’attends toujours à être remboursé. (Le Prophète (PSL) a dit méfiez-vous des femmes d’autrui, vos femmes aussi doivent se méfier de l’adultère. On rapporte qu’un jour quelqu’un a rencontré une de ses connaissances. Une simple connaissance. Rien de mauvais entre lui et cette dame. C’était un vendeur de bijoux. Il a pris la main de cette femme. Il a caressé la main de cette dame. Il a fini par lui donner une bague. Il est rentré à la maison trouver que sa femme portait un bracelet qu’il ne connaissait pas avec elle. Il a demandé à son épouse où est-ce qu’elle a pris ce bracelet. Celle-ci a répondu qu’elle a rencontré quelqu’un qui lui a offert ce bracelet. Il s’est rappelé immédiatement de la bague qu’il a offerte à sa connaissance dans la rue. Il s’est dit que s’il avait dépassé les limites avec celle-là, un autre allait jouer avec sa femme. D’où le conseil du Prophète (PSL) sur les tentations proscrites entre hommes et femmes non mariés).

Poursuivant son poème, Amadou Fouta Djallon, explique aussi que celui qui est marié n’a qu’à rester avec son épouse. Il ne faut pas envoyer une compagne et prendre la route. Dieu a dit de loger vos épouses là où vous logez. Restez ensemble, quand tu veux te déplacer, il faut partir avec ta femme et revenir avec elle. La laisser ici, et rester là-bas, tu risques de ne plus retourner la tête. Celui qui est marié doit s’en méfier, car le mariage, c’est vivre ensemble. Ce n’est pas un colis confié. Si tu es parti juste pour traiter une affaire, il faut rentrer immédiatement après, le plus rapidement possible. Il faut rentrer en pleine journée et éviter des suspicions. (Il a été rapporté qu’au temps du Prophète (PSL), certains de ses compagnons avaient été instruits de faire un effort pour rentrer toujours à la maison en pleine journée quand ils se déplacent. Au cas échéants, quand ils rentrent la nuit, d’aller directement à la mosquée et y rester jusqu’au matin avant d’aller à la maison. Au risque de provoquer des problèmes. A moins qu’elle ne soit prévenue d’avance. En tout cas, tu ne dois pas la surprendre, en rentrant la nuit à la maison. Car celui qui espionne son épouse, va forcément découvrir des choses désagréables. Il faut s’en remettre à Dieu. Que ça soit bon ou mauvais, Il va trancher le jour du jugement dernier. Si à ton retour quelqu’un vient te raconter le comportement de ton épouse, il faut lui dire qu’il s’est trompé. Ce n’est pas ta femme. Toi, tu fais confiance en elle. Le musulman doit s’en tenir à ses péchés, en implorant la grâce divine avant de mourir. Il ne faut pas ajouter ses péchés en disant qu’il a vu ou qu’il a entendu au point de casser un ménage. On rapporte que c’est le divorce qui remue le 7ème ciel. Quand un divorce est prononcé, le 7ème ciel se remue. Maintenant, si c’est à cause de toi que le 7ème ciel se remue, parce que tu as provoqué des divorces, c’est très grave. En plus, tu as une part de responsabilité dans tous ce que les divorcés feront de proscrits avant de pouvoir se remarier ailleurs.

Par ailleurs, quand il y a un conflit entre ton épouse et ta mère, tu faire un grand effort pour éviter des reproches. La démarche est clairement expliquée. Tu faire du plaisir à ta mère sans répudier ta femme. Tu ne dois pas donner de l’importance à ta femme en présence de ta mère qui va verser des larmes. On rapporte qu’un des compagnons du Prophète (PSL) avait pris aux mêmes pieds d’égalité son épouse et sa mère. D’ailleurs, il a mis son épouse au-dessus de sa mère. Au moment de son décès, il ne pouvait pas prononcer la Chahada. Il a fallu qu’on appelle sa mère pour lui demander de pardonner. C’est lorsqu’elle a accepté qu’il a pu prononcer la Chahada. Il pouvait mourir banalement et entrer dans l’enfer. Ce qui montre qu’on ne doit comparer sa mère à son épouse. Montres à ta femme que c’est toi le boy de ta mère. Elle va comprendre que tu ne lui permettras pas de se foutre de ta mère. Il ne faut pas aussi abandonner ta femme avec ta famille. Tu es son protecteur. N’oublie pas qu’on t’a donné la main de cette fille. Tu n’as que deux choix possibles : entretenir ou rendre. Elle était contente d’avoir un époux comme toi, dans l’espoir qu’elle sera à l’abri du chagrin. Surtout quand il s’agit de toi qui a fréquenté une école coranique. Il faut éviter de discréditer l’école coranique. Même si on connait ton nom et ton travail quand tu commets une bêtise, on dira toujours que c’est la faute d’un talibé ou d’un maître coranique. Juste pour attirer l’attention de l’opinion à se décourager des centres de formation coranique. Celui qui a étudié et compris les principes de notre religion, il va associer le savoir-faire et le bon comportement. S’il s’agit de quelqu’un qui a étudié sans aise, il ne va pas accepter de rire. Ceux qui croient que sourire pour son épouse est proscrit ne vont pas le faire. Ils croient que sourire pour son épouse et jouer avec elle est une perte de temps. Or, le Prophète (SAW) a dit de toutes les blagues sont inutiles sauf jouer avec son épouse. Là, on va inscrire des bénédictions pour toi. Car, tu as fait attention. Tu n’as rien fait de mauvais. Tu l’as donné une occupation, elle n’est pas parti péché. Mais, pour le faire il faut avoir étudié et compris. Sinon, il risque même d’avoir peur d’être aperçu avec son épouse. Ce qui fait que tout ce que l’homme fait qui ne soit pas accompagné d’éveil, on doit savoir qu’il n’a pris ça dans l’islam. Il ne faut croire que tout ce qu’un lettré fait est tiré de l’islam. Si le mariage aide à lutter contre la solitude, cette femme ne le connaîtra jamais, parce qu’elle ne joue pas avec un autre homme, elle ne joue pas aussi avec son époux. C’est anormal. Il faut faire un effort pour prendre un peu de ton temps pour venir à côté de ton épouse, car il arrive qu’elle ait envie de causer. Il y a un hadith qui rapporte que le Prophète recommande de prendre une partie de son temps à consacrer à la famille. Si Dieu a prévu dans ton destin, ce temps accordé à la famille n’empêche pas la prospérité souhaitée. Tu ne dois pas prendre ta femme comme un objet à approcher quand on a besoin de calmer ses ardeurs et laisser…

Propos recueillis à Labé par Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS