Un nouveau front s’ouvre pour l’opposition guinéenne, déjà en lutte pour barrer la route au projet de nouvelle constitution voulu par le pouvoir. Il s’agit de l’organisation des élections législatives prévues pour se tenir le 28 décembre 2019. Opposés à ce chronogramme, les adversaires du pouvoir se mettent en ordre de bataille pour cet autre combat.

Pendant que le président de la CENI était à la Primature ce lundi, 16 septembre 2019, pour annoncer au Premier ministre la date qu’il a proposée pour la tenue des élections législatives, les leaders des différents partis d’opposition du pays étaient réunis au QG de l’UFR à Coléah. Les opposants se sont retrouvés pour débattre notamment de cette question sur laquelle ils avaient déjà été saisis par leurs représentants à la Commission Electorale Nationale Indépendante. A l’issue de la réunion tenue à huis clos, c’est le président de l’UFR qui a fait le compte rendu devant les médias.

Selon Sidya Touré, « L’opposition républicaine, la COD et plusieurs autres partis politiques de l’opposition se sont retrouvés aujourd’hui pour une séance d’information. Nous nous sommes retrouvés pour expliquer la situation actuelle dans notre pays. Deux sujets ont été abordés. Le premier portait sur l’invitation qui a été faite par le président de la République d’instaurer des consultations. Nous en avons débattu, mais titre informatif.

Le second sujet c’était d’expliquer le holdup qui est en train de se passer à la CENI et qui tend à ce qu’on réduise tous les délais pour satisfaire à la demande d’Alpha Condé d’organiser les élections en 2019, alors que la CENI est censée être une structure indépendante qui obéit à des lois de la République, qui peuvent permettre d’organiser telle élection à telle date. Donc ça a été une très grande séance d’information ».

Le président de l’Union des Forces Républicaines ajoute que l’opposition tiendra une conférence de presse dans les prochaines heures sur cette question. « Nous reviendrons vers vous très bientôt. Je pense que dans 48 heures, nous allons organiser une véritable conférence de presse », a laissé entendre l’ancien Haut Représentant du chef de l’Etat.

Les sept commissaires de la CENI issus de l’opposition ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’approuvent pas la date du 28 décembre 2019 proposée par le président de l’institution pour la tenue des élections législatives. Ils estiment que ce chronogramme n’est pas réaliste parce qu’il ne respecte pas les délais légaux prévus par le code électoral.

Mamadou Bhoye Laafaa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622 919 225 / 666 912 225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin