Il y a 14 ans, Hadja Rouguiatou Diallo a eu l’idée d’ouvrir une école coranique au quartier Komoya, dans la commune urbaine de Kindia. Aujourd’hui, son foyer est devenu l’un des plus grands et plus importants de la préfecture de Kindia. Un journaliste de Guineematin.com est allé à sa rencontre.

Hadja Rouguiatou Diallo, fondatrice du foyer coranique

Le foyer coranique de Hadja Rouguiatou Diallo se trouve à son domicile. Il s’agit d’un hangar fait à base d’anciennes feuilles de tôles. Un hangar incapable aujourd’hui d’accueillir les 407 talibés de cette dame. Au début, elle n’avait pas prévu une telle situation. « Au début, l’objectif était d’encadrer mon unique fils pour qu’il ait une bonne connaissance de sa religion. Mais, quand les gens m’ont vu en train de l’enseigner, ils ont commencé à envoyer leurs enfants chez moi pour que je les enseigne aussi. C’est ainsi que le foyer a grandi, et aujourd’hui j’ai un effectif de 407 talibés dont 286 filles », explique-t-elle.

En plus du coran, cette combattante pour le rayonnement de l’islam enseigne aussi plusieurs autres livres islamiques dont Al Akhdari, As-Samaawi et Al Moughadimatoul Izziya ». Avec le nombre pléthorique de talibés, elle a trouvé une stratégie pour satisfaire tout le monde. « J’ai fait en sorte les enfants participent dans la formation. Ceux qui ont le plus élevé assistent ceux qui ont un niveau moyen. Et, ces derniers aussi assistent les débutants. Cela me permet de me concentrer à la formation des talibés les plus avancés », a confié Hadja Rouguiatou Diallo.

Une stratégie efficace qui permet de toucher tous les talibés. Un motif de fierté pour la fondatrice et gestionnaire du centre qui n’attend que la récompense de Dieu. « Je ne travaille pas pour un salaire, car le coran n’a pas de prix. J’attends mon salaire chez Dieu, le meilleur payeur. Mais, c’est lui qui trouve quelque chose pour le foyer ou pour moi, je ne vais pas le rejeter pas. On a besoin particulièrement de livres coraniques, que ce soit des exemplaires du coran ou les autres livres qui sont dans notre programme de formation », a-t-elle souligné.

Selon notre constat, d’autres problèmes se posent à ce grand foyer coranique. Le hangar est devenu petit par rapport au nombre de talibés. Ce qui rend les choses compliquées surtout en saison des pluies. A l’intérieur du hangar également, il n’y a pas de sièges pour tout le monde. Les talibés sont obligés donc de s’asseoir à même le sol.

De retour de Kindia, Abdourahmane N’diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin