La marche pacifique du mouvement « Elazologa Atebein », une combinaison des langues locales : loma et malinké qui signifie ça ne marchera prévu ce jeudi, 19 septembre 2019, à Macenta, n’a finalement pas eu lieu. Des contre-manifestants aidés par les forces de sécurité ont étouffé la manifestation, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Macenta.

Malgré l’interdiction de leur manifestation par la mairie de Macenta, les opposants au changement de l’actuelle constitution ambitionné par le pouvoir avaient décidé de descendre dans la rue pour se faire entendre. Tôt le matin, des jeunes ont brûlé des pneus à la rentrée de la ville pour annoncer les couleurs de la journée. La commune urbaine se réveillée donc dans une atmosphère de méfiance : les commerces fermés et la circulation quasi inexistante.

Mais, alors que les organisateurs se préparaient dans les quartiers pour sortir manifester dans la rue, des contre-manifestants favorables au projet de nouvelle constitution et les services de sécurité sont sortis à leur recherche. Quatre jeunes habillés aux couleurs du mouvement qui organise la manifestation et qui circulaient en motos ont été interpellés et conduits à la police. Les responsables de la structure « Elazologa Atebein », eux, ont dû se cacher pour éviter d’être arrêtés.

Actuellement, (11h20’), les leaders de la protestation contre la nouvelle constitution à Macenta sont invisibles dans la ville. Ils seraient recherchés par la police. La vie commence à reprendre son cours normal dans la commune urbaine.

De Macenta, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com