Bonne nouvelle pour le doyen Diallo, fondateur du groupe de presse Lynx, et Abou Bakr, directeur général de la radio Lynx FM. Les poursuites contre les deux journalistes ont été levées par la cour d’appel de Conakry. La décision est tombée ce vendredi, 20 septembre 2019, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les avocats de nos confrères ont saisi la première chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’Appel de Conakry pour solliciter l’infirmation des ordonnances de placement sous contrôle judiciaire du doyen Diallo Souleymane et de Boubacar Alghassimou Diallo, plus connu sous le nom d’Abou Bakr. Ils ont souhaité que cette chambre confirme la levée du contrôle judiciaire du premier et qu’elle lève le contrôle du second.

Après l’audience tenue à huis clos avant-hier, mercredi 18 septembre 2019, la chambre a rendu sa décision ce vendredi. Elle a infirmé les deux ordonnances de placement sous contrôle judiciaire des journalistes. Mieux, elle a levé toutes les poursuites contre eux. Il n’y a pas lieu de poursuivre Diallo Souleymane et Abou Bakr pour des infractions qui n’existent pas, ont estimé les magistrats de cette chambre.

Ce qui veut dire que toute la procédure est annulée et que le directeur de la radio Lynx FM Abou Bakr peut dès maintenant reprendre ses mouvements et son travail, dont il était privé depuis son placement sous contrôle judiciaire, le 21 août 2019. Il lui était reproché d’avoir donné la parole à madame Sano Doussou Condé, pionnière du RPG, devenue opposante à Alpha Condé basée aux Etats-Unis, qui a fait des révélations sur la situation des troupes guinéennes déployées au Mali dans le cadre de la MINUSMA.

Le tribunal de Kaloum avait décidé de le poursuivre en même temps que le fondateur de la radio non pas sur la base de la loi sur la liberté de la presse, mais sur la base de celle sur la cyber-sécurité. Ce qui aurait pu le conduire en prison, s’il était reconnu coupables des infractions qui lui étaient reprochées.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin