Comme annoncée précédemment, la manifestation du mouvement « ELAZOLOGA ATEBEIN » qui signifie « ça ne marchera pas » a été empêchée hier, jeudi 19 septembre 2019, à Macenta. Les organisateurs voulaient protester contre le changement de l’actuelle constitution voulu par le régime Alpha Condé, mais aussi les promesses non tenues du président de la République. Et, même si leur mouvement a été étouffé dans l’œuf, les opposants crient victoire. C’est leur porte-parole Robert Kaliva Guilavogui qui l’a dit au micro d’un envoyé spécial de Guineematin.com à Macenta.

Robert Kaliva Guilavogui, porte-parole du mouvement Elazologa Atebein

« Aujourd’hui, le coup est gagné. Le fait que la ville ait été paralysée, malgré tout ce qu’ils ont mis en œuvre pour dire que cette marche n’aura pas lieu, pour nous, est une réussite. Evidemment, le regroupement n’a pas parfaitement eu lieu, mais ils ont pu faire passer le message, parce que la ville a été paralysée : personne n’est sorti, les gens ont fermé leurs boutiques et la circulation a été perturbée. Et nous disons que c’est déjà une victoire, c’est déjà un coup marquant qui prouve à suffisance au gouvernement que les jeunes qui dirigent ce mouvement sont tenaces… Nous sommes activement recherchés, mais cela ne va nous faire quitter la ville. Et, nous disons que la fête ne fait que commencer », a-t-il promis.

Robert Kaliva Guilavogui annonce que le mouvement dont il est membre va poursuivre le combat jusqu’à obtenir gain de cause. « Nous promettons que nous allons organiser une autre manifestation plus grande que ça. Tant que le pouvoir ne renonce pas à son projet de nouvelle constitution et tant que les promesses tenues par le président ne sont pas réalisées, nous ne serons pas d’accord avec ce gouvernement », a-t-il laissé entendre.

Toutefois, même s’ils estiment que leur manifestation a réussi, les responsables du mouvement ELAZOLOGA ATEBEIN déplorent l’arrestation de quatre des leurs arrêtés alors qu’ils circulaient en motos avec des gilets de cette structure opposée au projet de nouvelle constitution.

Me Salifou Béavogui

Leur avocat, maître Salifou Béavogui, dénonce la violation de la loi et réclame la libération des personnes arrêtées. « J’exprime toute ma désolation face à la violation de la liberté fondamentale qui est la liberté d’expression et d’opinion ainsi que la répression et la persécution qui ont suivi. Parce qu’aujourd’hui, mes clients sont obligés de vivre dans la clandestinité. Ceux qui ont été interpellées, il semble qu’ils ont été transférés au tribunal de première instance de Macenta. Je souhaite qu’ils soient libérés, parce que je ne pense pas qu’ils n’ont commis aucune infraction. Donc, l’appel que je lance est que cessent les persécutions, les menaces de mort, les intimidations contre les membres du mouvement ELAZOLOGA ATEBEIN. Ensuite que ceux-là qui ont été arrêtés, si on pouvait ouvrir une procédure véritable dans laquelle le droit de la défense sera respecté, que cela se fasse le plus rapidement possible et que le procès aboutisse à leur libération », a dit Me Salifou Béavogui.

De Macenta, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin