Le conseil de l’ordre des avocats de Guinée a réagi hier, jeudi 19 septembre 2019, à la récente prestation de serment de 11 nouveaux avocats. Ces derniers ont prêté serment devant la cour d’appel de Conakry sans l’aval du barreau dont ils sont désormais membre et qui conteste leur admission au concours. Au cours d’une conférence de presse organisée à Conakry, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée « une provocation inacceptable », annonçant des mesures visant à empêcher les nouveaux avocats d’exercer dans le pays, constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Me Djibril Kouyaté, bâtonnier de l'ordre des avocats de Guinée
Me Djibril Kouyaté, bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée

A l’entame de sa communication, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée, maître Djibril Kouyaté, a expliqué pourquoi le barreau n’avait pas voulu jusque-là communiquer sur le contentieux l’opposant aux 11 jeunes avocats. « Nous nous sommes abstenus de le faire parce que nous étions convaincus que les hommes que nous avons en face savaient ce que c’est que la profession d’avocat et connaissaient les règles qui la régissent et qu’ils nous auraient vite compris. Nous nous disions que nos interlocuteurs savaient que l’indépendance de l’avocat est une évidence, qu’il n’y a pas d’avocat qui ne soit pas indépendant.

C’est ce qui signifie clairement que l’avocat ne saurait être dans un lien quelconque de subordination : morale, intellectuelle, juridique ou économique. L’indépendance est une vertu consubstantielle de notre profession. Cette conviction nous a amenés à nous écarter des principes de délicatesse et de modération qui caractérisent l’avocat. Aussi, depuis que le recours de ces 11 postulants qui sont au centre de cette affaire nous a été signifié, nous avons, dans le traitement de ce dossier, présenté à la cour et à tous ses membres, tout le respect qui leur est dû.

Nous nous sommes comportés en plaideurs ordinaires et soumis bien qu’auxiliaires de justice. Et, c’est dans cette posture que nous avons exercé notre recours devant la juridiction supérieure après l’arrêt rendu par la cour d’appel. Sans nous livrer à des commentaires malveillants sur la décision que nous savions avait été prise sur la base de considérations purement subjectives », a-t- indiqué.

Maintenant que les jeunes avocats ont prêté serment contre la volonté du barreau, le conseil de l’ordre des avocats a décidé de réagir. Il dénonce l’immixtion de la cour d’appel de Conakry dans les affaires internes des avocats, qui sont pourtant indépendants. « Nous avons, quand nous fûmes informés que la cour d’appel s’apprêtait à commettre le ridicule et le forfait contre le barreau, privilégié le dialogue en sollicitant la médiation de monsieur le président de la cour suprême et de monsieur le ministre la justice garde des sceaux.

Ces personnalités se sont investies à nos côtés pour permettre de mettre tout le monde d’accord. Mais, c’était sans compter sur la détermination du camp des faucons de la cour d’appel qui, nous sommes aujourd’hui convaincus, n’ont jamais par hasard ouvert le livret qui contient la loi L014. Ils ont fait prêter serment à des candidats obnubilés par le désir de prêter serment sans se soucier des conséquences qui résulteraient de la violation de la forme de prestation de serment », regrette Me Djibril Kouyaté.

Il ajoute que « cet acte qui a consisté à faire prêter serment à des postulants sans qu’ils ne soient présentés par le bâtonnier, est un acte de provocation. En effet, c’est la première fois depuis la promulgation de la loi L014 qu’une institution s’immisce dans le fonctionnement du barreau pour lui imposer des intrus. Et, croyez-nous que cette immixtion n’est pas et ne sera pas tolérée », a promis le bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée.

C’est dans ce cadre d’ailleurs qu’il annonce des mesures visant à empêcher les nouveaux, non reconnus par le barreau, à exercer sur le terrain. « Il est interdit à tous les avocats du barreau de Guinée sous peine de sanctions disciplinaires de recevoir dans leurs cabinets, en vue du stage, les personnes ayant prétendument prêté serment le 16 septembre dernier devant la cour d’appel de Conakry ;

Il sera déposé devant le conseil supérieur de la magistrature une plainte contre les magistrats auteurs de ces agissements et éventuellement une action au pénal contre les mêmes magistrats pour parjure. Dès notre sortie d’ici, notre conseil supérieur recevra notre plainte contre ces magistrats ;

La non-participation des avocats du barreau aux audiences de la cour d’appel de Conakry pendant une période de deux semaines et aux audiences du premier président de la cour d’appel pendant une période d’un mois reconductible et à compter de ce lundi », a dit Me Djibril Kouyaté.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 00224 622919225 / 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin