Les travaux de la revue semestrielle nationale 2019 du Plan cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement ont été lancés hier, vendredi 20 septembre 2019, à Conakry. C’est la ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine, Dr Diéné Keïta qui a présidé la cérémonie d’ouverture, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Pr. Joseph Ki-Zerbo, coordinateur résidant par intérim du système des Nations Unies

Dans son discours de bienvenue, Professeur Joseph Ki-Zerbo, coordinateur résidant par intérim du système des Nations Unies en Guinée a dit que la contribution de la famille des Nations Unies avec le leadership de la partie nationale et le concours des partenaires techniques et financiers aux efforts de développement de la Guinée est importante. Selon lui, durant le premier semestre de 2019, son organisation a mené « des activités conjointe dans un environnement sociopolitique et économique marqués par la relance des réformes importantes avec en particulier la réussite des trois premières revues des programmes de facilité élargi de crédits 2017-2020.

Dans ce contexte, toutes les agences du système des Nations Unies, dans la mise en œuvre conjointe du plan des Nations Unies pour l’assistance au développement, ont soutenu le processus de décentralisation et de développement local, fortement promu par les autorités à tous les niveaux. Le système des Nations Unies, en collaboration avec le gouvernement et les partenaires techniques et financiers, a pris en compte le processus de déconcentration et de décentralisation y compris à travers le programme des communes de convergence. Nous nous sommes également attelé à coller aux attentes en termes de renforcement des capacités des autorités et des services locaux y compris à travers le transfert effectif et l’utilisation efficiente des ressources en lien avec la redevabilité et les principes de la déclaration de Paris », a-t-il souligné.

En outre, le professeur Joseph Ki-Zerbo a dit que cet accompagnement du système des Nations Unies en faveur de la Guinée a produit des résultats probants. Cela, dans plusieurs secteurs d’activités. « Dans le domaine de la promotion de la bonne gouvernance, les autorités, les femmes et les jeunes formés, équipés et financés à travers le PNUAD en lien avec les projets du gouvernement cernent mieux leurs rôles et participent davantage à la planification et à la gestion du développement de leurs localités. Les secteurs de la sécurité et de la justice sont renforcés pour tenir compte de la promotion et de la protection des droits de l’homme, du droit international humanitaire et de la lutte contre les violences basées sur le genre », a-t-il notamment cité.

Dr Diéné Keïta, ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine

De son côté, Dr Diéné Keïta, ministre de la Coopération et de l’Intégration Africaine, a remercié le système des Nations Unies en Guinée pour l’accompagnement dont il fait preuve à notre pays. Selon elle, la tenue de « l’UNDAF est d’autant plus importante qu’elle constitue une réponse aux engagements pris en termes de reportage et de revue des interventions entreprises et des résultats atteints des programmes, pour accompagner la Guinée dans ses efforts de développement à travers les priorités nationales contenues dans le Programme Nationale de Développement Economique et Social (PNDES) en vue de l’atteinte des objectifs de développement durable. Depuis l’adoption de cet agenda, la Guinée a fait de la réalisation des objectifs de développement durable le fil conducteur de ses politiques et stratégies de développement en mettent en œuvre de nombreuses reformes structurelles et de programmes économiques et sociaux concourant à l’amélioration du bien-être des populations guinéennes », s’est-elle réjouie.

Diéné Keïta a fait savoir également que la revue semestrielle du programme de coopération que le gouvernement a avec le système des Nations Unies « s’attellera donc à apprécier ce qui est fait et ce qui ne l’a pas encore été par rapport aux activités programmées ; identifier les opportunités et les contraintes qui ont affecté sa mise en œuvre, afin d’en tirer les leçons et de dégager les perspectives pour les prochaines étapes de la mise en œuvre du plan opérationnel de travail 2019. Le rapport d’évaluation qui nous est soumis, l’a été dans ce sens.

Les conclusions et recommandations contenues dans les rapports issus de la revue régionale grâce aux informations collectées sur le terrain devraient bénéficier de toute notre attention, en vue non seulement d’une amélioration du processus de mise en œuvre du plan opérationnel de travail pour le reste de l’année. Mais aussi et surtout pour examen judicieux des propositions concernant les prochaines étapes notamment les domaines de concentration, les arrangements de gestion, les questions de mobilisation de ressources et de renforcement de capacités », a dit la ministre.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin