Le projet intitulé « Promotion de l’égalité des sexes, droits humains et renforcement du leadership féminin » a été officiellement lancé dans la soirée du vendredi, 20 septembre 2019, à la Bluezone de Kaloum. Financé par la fondation OSIWA Guinée à hauteur de 50 mille dollars américains, ce projet sera exécuté sur le terrain par l’ONG Groupe d’Action pour l’Alphabétisation et la Formation (GAPAF), a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Abdourahamane Diawara, responsable des projets et programmes du GAPAF

Selon Abdourahmane Diawara, responsable des projets et programmes de l’ONG GAPAF, s’exprimant au nom de son président, « ce projet vise à promouvoir l’égalité entre les sexes en vue d’éradiquer toutes les formes de violences à l’égard des femmes et des jeunes filles en République de Guinée. Pour ce faire, ce projet sera réalisé à travers des tables rondes, des émissions interactives, et des ateliers de formation aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Il contribuera spécifiquement à former et renforcer les capacités de 50 organisations féminines sur le leadership ; faire comprendre aux leaders communautaires leur rôle dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes et des jeunes ; informer la population sur le contenu de certains textes de lois notamment la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relative aux droits de la femme en Afrique », a-t-il annoncé.

De son côté, Dr Ibrahima Amadou Niang, représentant résidant de la fondation OSIWA en Guinée, a indiqué que la promotion de l’égalité des sexes, des droits humains et le renforcement du leadership féminin doivent être une préoccupation majeure pour le gouvernement, les partenaires au développement, les organisations de la société civile et tout un chacun.

Dr Ibrahima Amadou Nianga représentant résidant de la fondation d’OSIWA en Guinée

« J’espère que ce projet qui est lancé par le GAPAF renforcera les acquis des projets qui l’ont précédé dans ce domaine, et surtout saisira les opportunités offertes par les avancées du cadre légal, le cadre juridique guinéen, notamment en ce qui concerne sur la loi sur la parité, le code des collectivités et le code civil, pour faire bouger les lignes. Nous vous invitons donc tous, en fonction de vos compétences et de vos dispositions respectives, à contribuer au succès de cette initiative. Nous vous donnons rendez-vous pour l’évaluation à mi-parcours du projet dans quelques mois. Vous savez, quand vous lancez le projet, il y a souvent l’euphorie, on est content. Mais pour nous, ce qui est le plus important, c’est sur le terrain, les résultats. Donc, nous vous donnons rendez-vous dans quelques mois pour évaluer les résultats et nous espérons qu’en évaluant ces résultats nous serons satisfaits », a dit le partenaire du projet.

Pour sa part, Césaire Togba Kpoghomou, ancien ministre et représentant de la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance à cette rencontre, a salué le lancement de ce projet. Selon lui, les objectifs de cette ONG sont en parfaite harmonie avec les attributions du département qu’il représente à cet événement.

Césaire Togba Kpokogomou, ancien ministre et représentant de madame la ministre de la promotion féminine

« Nous souhaitons que les promoteurs de ce progrès pensent à sa pérennisation. Parce qu’en Guinée, nous avons de belles initiatives, mais nous ne savons pas les pérenniser. Si je prends l’exemple : cadre genre et développement, nous l’avons lancé ici avec un grand accompagnement du PNUD, et aujourd’hui, c’est l’Afrique du Sud qui s’en inspire et en tire le plus grand profit », a-t-il laissé entendre.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin