Fidèle à ses missions, la Coordination Internationale pour le Développement de Télimélé (CIDT), à travers sa cellule technique, a formé 39 jeunes originaires de la préfecture résidant à Conakry, sur l’entreprenariat. Organisée à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, la formation a duré une journée. Elle a permis non seulement d’outiller les participants, mais aussi à les motiver à s’engager dans l’entrepreneuriat pour lutte contre le chômage, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Mamadou Alpha Bah, secrétaire général de la cellule technique de la CIDT

Selon Mamadou Alpha Bah, secrétaire général de la cellule technique de la CIDT, l’organisation de cette formation a été motivée par le désir de développer la préfecture de Télimélé. Et pour y arriver, il pense qu’il y a lieu de s’organiser et offrir aux jeunes une formation pouvant leur permettre de se prendre eux-mêmes en charge. « Dans cette vie, il vaut mieux être un employeur que d’être employé. Et, on a beaucoup de nos jeunes qui ont fini l’université, qui ont leur diplôme et qui cherchent à être employés dans une entreprise ou dans une société de la place, alors qu’il y a une possibilité à saisir qui est l’entrepreneuriat.

Eux-mêmes, ils peuvent se développer, proposer des projets et les proposer aux bailleurs de fonds pour qu’ils puissent eux-mêmes créer leur propre activité génératrice de revenu leur permettant de mieux vivre. Donc en organisant cette formation, nos attentes sont que les jeunes puissent prendre conscience et se mettre à la tâche des maintenant, c’est-à-dire nous proposer des projets pour qu’on puisse les accompagner dans l’obtention de certaines subventions leur permettant de commencer les activités», a-t-il expliqué.

Mouloukou Souleymane Magassouba, un des formateurs

A l’issue des travaux, Mouloukou Souleymane Magassouba, un des formateurs, a expliqué que l’atelier a porté essentiellement sur les techniques liées à la maîtrise de l’entrepreneuriat en général. « Nous avons traité des thèmes comme l’entrepreneuriat : nous avons parlé des techniques ou des étapes qu’il faut pour créer une entreprise, notamment le cas en Guinée. Ensuite, nous avons parlé des techniques du marketing, nous avons parlé du business-plan entre autres. Nous avons eu à motiver les jeunes pour qu’ils s’engagent dans l’entreprenariat (le risque à prendre) ; à maximiser leurs forces et minimiser leurs faiblesses.

Nous leur avons fait comprendre qu’il n’y a pas d’entrepreneur qui ne prend pas de risque. La prise de risque, elle est permanente, mais il faut faire du best marketing, dans la mesure où vous allez sur un marché où les gens font la même chose que vous. Donc, l’innovation, les moyens technologiques, les réseaux sociaux, doivent constituer des moyens pour eux pour maximiser leur avantage dans ce monde entrepreneurial », a conseillé le formateur.

Pour permettre aux participants de mieux cerner la notion d’entrepreneuriat et les motiver davantage, les organisateurs ont invité des entrepreneurs originaires de la préfecture de Télimélé et ayant réussi dans leurs domaines, pour qu’ils partagent leurs expériences avec ces jeunes. Parmi ces modèles de réussite, figure Dr Oumar Diouhé Bah, spécialiste en biologie médicale et directeur du laboratoire de biologie médicale Biomar-24.

Dr Oumar Diouhé Bah, directeur du laboratoire de biologie médicale Biomar-24

« Ce que je dirai aux jeunes, c’est de tout simplement profiter des opportunités. La Guinée est encore vierge, on a beaucoup de choses à faire. Les jeunes doivent avoir le courage, ils ne doivent pas tout attendre de l’Etat. Parce que l’Etat ne pourra pas tout faire. Et, je pense que nous avons assez de chantiers dans ce pays-là où les jeunes pourraient faire quelque chose, où ils pourraient profiter des opportunités de faire quelque chose de potable qui pourrait servir à ce pays », a dit le laborantin.

Thierno Baïlo Diallo, participant

Très heureux d’avoir bénéficié gratuitement d’une telle formation, Thierno Baïlo Diallo, au nom des participants, a remercié la cellule technique de la CIDT pour cette autre opportunité de formation. Il a fait savoir que cette formation leur sera d’une grande utilité. « Moi actuellement, je suis dans un projet, j’ai fait froid industriel, j’avoue que j’avais des difficultés : des difficultés liées au paiement des factures d’électricité entre autres. Il arrivait parfois des moments pendant lesquels j’avais envie d’abandonner. Mais, à travers cette formation, j’ai compris comment surmonter ces difficultés. Aujourd’hui, je suis plus armé pour affronter n’importe quel problème lié à l’entrepreneuriat », a dit le jeune homme.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin