Conakry : 45 journalistes à l’école du ministère des Travaux Publics

Dans le but de faire connaître davantage aux médias ses activités, le ministère des Travaux Publiques organise un atelier de formation de 45 journalistes guinéens. Ouverts ce mardi, 24 septembre 2019, les travaux vont durer deux jours. A travers cette initiative, le département compte exposer en détails ses acquis, les chantiers en cours, les potentialités humaines, matérielles, financières et les perspectives, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui suit cette formation.

La première journée de cette formation a été marquée par l’intervention de trois cadres du département des travaux publics. A tour de rôle, ils ont exposé sur les prérogatives et les rapports que le ministère a avec les départements en charge des transports, de la ville, et de l’agriculture ; le cycle d’un projet routier ; la programmation, la passation des marchés, la réalisation, le suivi et le contrôle des travaux d’entretien routier ; la connaissance, programmation d’activités, difficultés et perspectives.

Saa Yolande Camara, directeur national de l’entretien routier

Dans son intervention, Saa Yolande Camara, directeur national de l’entretien routier, a indiqué que le problème des routes est un problème crucial, pertinent et très complexe. « La route est comme un être humain. Une fois qu’elle est conçue, elle est réalisée, elle est mise en circulation, elle a besoin de diligence, elle a besoin d’entretien. Et c’est pourquoi, le gouvernement a fait de gros efforts en 2018, en faisant de sorte qu’un vaste programme de réhabilitation et d’entretien de la voirie de Conakry soit lancé, mais également les voiries interurbaines soient prises en compte dans le cadre de la réhabilitation.

Et, je crois que vous avez suivi, ce sont près de 1000 kilomètres de routes qui ont été lancés sous le leadership du ministre des Travaux publics, du Chef de l’Etat et du Premier ministre. Ce qu’il faut noter, il faut que la population comprenne que la route n’est pas éternelle, la route est un bien commun, elle a besoin de vigilance, elle a besoin de surveillance. Et donc, nous sommes aujourd’hui dans la dynamique de faire de sorte que toutes ces infrastructures qui ont réalisées soient préservées à travers le contrat de concession que l’Etat vient de signer avec Afrique pesage », a-t-il annoncé.

Souleymane Traoré, directeur général du Fonds d’Entretien Routier (FER)

De son côté, Souleymane Traoré, directeur général du Fonds d’Entretien Routier (FER), a laissé entendre qu’il y a aujourd’hui nécessité pour le département des Travaux Publics de se faire écouter par les citoyens. Selon lui, des difficultés sont constatées parfois sur le réseau routier, mais en même temps il y a des efforts qui sont effectués par le ministère sur le plan technique et sur le plan financier. Et c’est pourquoi, soutient-t-il, « il est important que de temps en temps ceux qui gèrent la route viennent présenter le fonctionnement de leur institution, mais également faire l’état des lieux devant les journalistes qui sont le relais entre les populations et les institutions ».

Il précise que les attentes du ministère à l’issue de cette session de formation « c’est un changement de comportement des citoyens d’abord. Parce que j’estime que l’état de nos routes, il est d’abord sous la responsabilité de ceux qui sont en charge de la gestion des routes, mais le comportement des citoyens peut être de beaucoup ou est de beaucoup dans la dégradation de certaines routes en termes de surcharge, en termes de comportements inciviques sur le réseau.

Donc, il y a le changement de ce comportement et puis il y a aussi la compréhension de nos concitoyens par rapport à ce qui est fait, par rapport à ce qui est attendu et aux discutés et perspectives. La vie d’une nation n’est pas une vie linéaire, il y a des moments difficiles. Et, la saison des pluies a toujours été un moment difficile pour le département des Travaux publics. Mais, les perspectives sont bonnes parce qu’il y a énormément de travaux qui vont être lancés, qui vont commencer, qui vont être achevés », a-t-il assuré.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS