Banankoro : les femmes du RPG AEC réclament une MUFFA dans leur localité

Les femmes et les jeunes du RPG Arc-en-ciel de Banankoro ont organisé une rencontre hier, vendredi 27 septembre 2019, dans la sous-préfecture. Il était question d’expliquer aux militants les activités que les responsables locaux du parti sont en train de mener pour soutenir le projet de nouvelle constitution, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est au siège du RPG Arc-en-ciel à Banankoro que cette mobilisation a eu lieu. Les responsables et les militants du parti au pouvoir ont massivement pris part à la rencontre. Ils ont échangé autour des préparatifs d’un carnaval de soutien au président Alpha Condé et son projet de nouvelle constitution. Et, c’est Ibrahima Sory Condé, le porte-parole des jeunes du RPG Arc-en-ciel de Banankoro, qui a fait le point de la situation devant les militants.

« Nous avons contribué à hauteur de 45 millions de francs pour acheter des uniformes pour les femmes et les jeunes du parti, pour qu’enfin nous puissions organiser dans un bref délai, un carnaval de soutien au président de la République, le professeur Alpha Condé. Nous avons pu mobiliser ces fonds pour montrer aux gens combien nous aimons le président depuis plus trente ans.

Il dit qu’il va mourir avec les anciens du parti que nous sommes, et nous allons aussi mourir avec lui. Car nous n’avons plus où aller », a-t-il déclaré.

Les femmes du parti présidentiel ont mis l’occasion à profit pour adresser une doléance au président Alpha Condé. Par la voix de Fanta Kaba, la présidente de la section RPG Arc-en-ciel de Banankoro 2, elles ont sollicité l’ouverture dans leur localité d’une MUFFA, une banque de proximité initiée par le président lui-même pour appuyer les activités des femmes.

« Ce que nous souhaitons aujourd’hui, c’est l’ouverture immédiate d’une MUFFA dans notre sous-préfecture. Nous n’avons rien bénéficié, nous les femmes et les jeunes de Banankoro. Certes, il y avait des incompréhensions entre nous, mais c’est fini. Le RPG c’est le RPG, nous sommes tous égaux avec les nouveaux adhérents. Je termine par réitérer à l’endroit du président que les femmes de Banankoro veulent d’une MUFFA pour aider leurs maris et leurs enfants », a-t-elle lancé.

A rappeler qu’il y a trois ans, les femmes de Banankoro avaient cotisé à hauteur de 60 millions de francs pour faciliter l’ouverture d’une MUFFA dans la sous-préfecture. Mais, cet argent a disparu à Kérouané où il avait été déposé. Plus personne n’en parle aujourd’hui.

De Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS