Guinée : vers la réalisation d’ambitieux projets d’énergie solaire et éolienne

La Guinée s’est engagée dans un vaste programme de mise en œuvre de projets de construction d’une usine de montage de panneaux solaires, d’une installation d’unités d’énergies solaires et éoliennes et de stations de pompage à eau et leurs accessoires. Une initiative appuyée par l’Alliance Solaire Internationale et conforme aux engagements pris lors de la COP 21 sur le Climat à Paris en 2015. C’est pour faire le point sur l’évolution des travaux que le ministre de l’Energie, Dr Cheikh Taliby Sylla, et une délégation de l’Alliance Solaire Internationale ont animé une conférence de presse dans la journée d’hier vendredi, 27 septembre 2019, au siège du département a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Une délégation de l’Alliance Solaire Internationale (ISA) séjourne dans notre pays depuis le 22 septembre dernier. Après avoir été reçue par le ministre des Affaires étrangères, et celui des Finances, la mission a conféré ce vendredi avec le ministre guinéen de l’Energie, Dr Cheikh Taliby Sylla.

Dr Cheick Taliby Sylla, ministre guinéen de l’Energie

Dans son discours, le ministre a rappelé le contexte dans lequel l’Alliance Solaire Internationale a été mise en place. « C’est lors de la conférence sur les changements climatiques, tenue du 30 novembre au 12 décembre 2015 à Paris, qu’il a été décidé par les Etats d’unir leurs forces pour sauver notre environnement, pour améliorer le climat en vue d’assurer une meilleure condition de vie des peuples de notre planète. C’est ainsi que les Etats se sont mis d’accord, ils ont signé une convention liée au climat. Mais, en marge de la réunion de Paris, la COP 21, la République française et l’Inde se sont retrouvés, pour créer l’Alliance Solaire Internationale. C’était à Paris. Cette alliance a été créée pour donner une nouvelle dynamique de développement de l’énergie solaire à travers le monde, mais plus particulièrement dans la zone où l’irradiation mensuelle solaire est très importante, comme le cas de notre pays. Sans hésiter, à la COP22 qui s’est tenue à Marrakech, la République de Guinée, à travers notre ministère, nous avons procédé à la signature de cette convention. Et, la convention soumise au conseil des ministres, l’accord a été donné de transmettre cette convention de cet accord-cadre à notre parlement qui, à l’unanimité, l’a voté. C’est ce qui fait que la Guinée est membre fondateur de cette Alliance et 15ème pays à avoir ratifié cette convention », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le ministre de l’Energie a indiqué que des efforts sont entrain d’être fournis pour que la Guinée puisse utiliser des énergies renouvelables et non polluantes. « Il est important de souligner que l’énergie est en grande quantité dans notre pays. (…) Déjà, nous sommes dans un projet de 20 millions de dollars pour développer les projets pour l’irrigation, les toits solaires pour certaines universités et les hôpitaux. Aujourd’hui, il est important de rappeler que le transit énergétique des énergies fossiles commence à être une réalité. Pour permettre à notre pays de garder le leadership, il est important de penser à l’énergie solaire. Et, le projet est déjà engagé. Nous connaissons aujourd’hui quels sont les sites à aménager, quels sont également les potentiels guinéens. Les potentiels solaires aussi, on est en train de travailler là-dessus. Mais pour y arriver, on doit s’impliquer dans la fabrication de ces équipements sur place, dans notre pays. Et ça, nous sommes en train de nous atteler à cela aussi. Nous avons demandé à fabriquer sur place les panneaux solaires, les kits solaires. Pour ce qui concerne les kits solaires, nous sommes en train de les développer à Forécariah », a-t-il révélé.

Pour sa part, K S Poli, chef de mission de l’Alliance Solaire Internationale, a dit que l’Afrique n’est pas le plus grand pollueur mais subi les conséquences de cette pollution. Selon lui, l’idée de cette alliance est de développer l’énergie solaire en Afrique, particulièrement en Guinée à travers la construction très prochaine d’une usine. « Nous avons lancé plusieurs projets. Le premier projet, c’est le pont solaire à usage agricole, mais aussi pour développer le système d’adduction d’eau potable. Le deuxième programme que nous avons lancé, c’est le programme d’installation de toits solaires. C’est un programme qui vise à développer des mini-centrales solaires. Et enfin, un programme qui a été lancé tout dernièrement pour développer les véhicules fonctionnant à l’énergie solaire et qui inclut le système de stockage à l’énergie solaire. Nous comptons développer les batteries pour rendre disponible l’énergie solaire, même la nuit ».

Ensuite, monsieur Poli a rassuré la partie guinéenne que « l’Alliance Solaire Internationale a pris note du souhait du ministre de l’Energie à mettre en place une usine de fabrication, pour que la Guinée puisse fabriquer au niveau local des équipements solaires des batteries et des panneaux solaire afin que le pays puisse devenir exportateur d’équipements solaires. Nous ferons en sorte d’aider la Guinée à développer l’usine de fabrication ici. Nous avons également rencontré les différents départements ministériels. Au cours de ces rencontres, il est ressorti que les principaux challenges aujourd’hui, ce sont les coûts. Nous nous sommes engagés auprès des ministères, notamment le ministère des finances, à aider la Guinée à accéder à des technologies innovantes et à des prix abordables ».

Le chef de mission de l’Alliance Solaire Internationale a fait remarquer que l’autre besoin exprimé par la Guinée est de bénéficier d’une assistance pour renforcer les capacités de ses cadres techniques sur les applications solaires. Là-dessus, monsieur K S Poli a dit « que c’est une demande que nous allons prendre en considération et qui devrait se réaliser dans les meilleurs délais ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS