Les femmes du FNDC reçues à l’ambassade de France : « ils savent que si la Guinée brûle… »

Les femmes du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) continuent leur tournée de prise de contact entamée il y a quelques semaines dans le cadre de leur lutte contre le projet de nouvelle constitution. C’est dans cette dynamique qu’elles ont été reçues par l’ambassade de la France en Guinée dans la journée de ce lundi, 30 septembre 2019. Elles y ont expliqué leur crainte quant à une déstabilisation de la Guinée si Alpha Condé s’entêtait à s’accrocher au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les femmes du FNDC ne désarment pas et continuent d’alerter l’opinion nationale et même sur ce qui se trame en ce moment en Guinée et sur ce que cela pourrait occasionner. C’est dans ce cade qu’elles ont rencontré l’ambassade de France en Guinée ce lundi. Selon leur porte-parole, Hadja Maimouna Diallo, « nous sommes venues rencontrer l’ambassade de France en Guinée pour tirer la sonnette d’alarme par rapport à la situation préoccupante dans notre pays. Nous avons voulu rencontrer l’ambassadeur, compte tenu des relations historiques qui existent entre notre pays et la France et surtout de la position stratégique qu’occupe la France dans notre pays. Nous nous sommes dits que si la France prend ses responsabilités, ils peuvent influencer, utiliser les moyens à leurs dispositions pour arrêter Monsieur Alpha Condé dans sa logique de changer la Constitution, car cette histoire n’est prévue nulle part dans la constitution actuelle. Nous sommes venues pour demander humblement en tant que femme, en tant que mère, parce que quand il y a conflit dans notre pays, nous sommes les premières victimes. Nous leur demandons humblement de peser de tout leur poids pour arrêter Alpha Condé dans sa direction… »

A la question de savoir quelle a été la réaction de l’ambassadeur devant leur réclamation, madame Maimouna Diallo a laissé entendre que le diplomate français a les mêmes préoccupations que les femmes du FNDC. « L’ambassadeur nous a dit qu’ils ont les mêmes préoccupations que nous et qu’ils sont conscients de la situation stratégique de la Guinée, pour la simple et bonne raison qu’aujourd’hui, la Guinée est le premier pays pourvoyeur des mineurs non accompagnés en France. C’est un problème essentiel. Ils savent aussi que la Guinée fait frontière avec six (6) pays et des pays qui ont connu des guerres civiles, des pays miné par le terrorisme. Ils savent que si la Guinée brûle, ça risque d’embraser les pays limitrophes et de réveiller les démons qui dorment aux alentours de notre pays. Donc, ils sont conscients de cette situation et ils vont faire de leur mieux pour faire respecter la démocratie dans notre pays ».

En outre, la porte-parole de circonstance des femmes du FNDC a fait savoir qu’elles font confiance à l’ambassade de France. « On a parfaitement confiance en eux, sinon on allait pas venir les voir. Nous savons qu’ils ont un rôle à jouer en Guinée. S’ils décident de jouer ce rôle, on pourra arriver à nos fins. Le combat continue et nous avons voulu prouver à l’ambassade de France que le FNDC que nous représentons ici est représenté dans tous les secteurs de la Guinée et à l’extérieur du pays. Partout où il y a un Guinéen, le FNDC est représenté, et nous sommes prêts pour le combat. Le président de la République a demandé à ses partisans d’être prêts pour l’affrontement ; nous lui disons nous aussi on est prête pour l’affronter, car nous ne laisserons pas tripatouiller notre constitution, nous ne lui laisserons plus une présidence à vie », a-t-elle martelé.

Pour finir, madame Maimouna Diallo dit que cette rencontre avec les diplomates des autres pays va se poursuivre dans les prochains jours. « Nous attendons les rendez-vous, mais on va demander à rencontrer toutes les ambassades qui sont dans notre pays. On va faire le plaidoyer à tous les niveaux pour voir si on peut trouver une personne ou une institution qui peut arrêter Alpha Condé dans son élan parce que c’est le dernier recours pour nous avant l’affrontement. Si nous ne trouvons pas quelqu’un qui arrive à stopper Alpha Condé dans son élan, vous pouvez vous apprêter vous-même, parce qu’il y aura l’affrontement, car le FNDC est prêt et déterminé à défendre la constitution guinéenne, à défendre la démocratie, à défendre l’alternance dans notre pays. Vive les femmes du FNDC, Amoulanfé, Amoulanfé, Amoulanfé… »

Mouctar Baldé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS