Le RPG sur le fichier électoral : « ce fichier est le meilleur dans la sous-région, n’en déplaise… »

Le démarrage des travaux de révision du fichier électoral et la fin des consultations nationales entre le Premier ministre et les fores sociopolitiques de la Guinée ont été les deux points abordés ce samedi 5 octobre 2019, à l’assemblée générale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel. Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi, a laissé entendre que les guinéens dans leur majorité sont favorables à la mise en place d’une nouvelle Constitution, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi

Selon le ministre Komara, les consultations nationales lancées par le Premier ministre à la demande du président de la République, ont été une réussite. « Cette consultation nationale a été un grand succès, car l’écrasante majorité des guinéens est d’accord pour mettre en place une nouvelle constitution. Une frange aussi est d’accord, mais attend de voir la mouture. Et, une dernière frange, très minoritaire, a carrément boudé la consultation. C’est anti-démocratique de leur part. Mais, c’est aussi la loi de la démocratie, il faut qu’il y ait des pour et des contres. Ça fait partie du jeu démocratique. Nous souhaitons et vivement d’ailleurs qu’ils reviennent très rapidement à la raison, à de meilleures sentiments pour qu’ensemble, nous puissions nous donner la main pour construire notre Guinée, car la Guinée n’appartient à personne, la Guinée appartient à tous les Guinéens. Mais, pour bien concrétiser tout ce qui a été dit autour des consultations, nous devons passer naturellement devant le peuple qui est le référentiel suprême. Donc, préparer vous pour les différentes consultations à venir », a-t-il lancé.

Par ailleurs, Lansana Komara a fait savoir que la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) a lancé la révision des listes électorales sur toute l’étendue du territoire national. C’est pourquoi, il a invité les militants et sympathisants du parti à aller se faire recenser. « Chers militants, à partir d’aujourd’hui, tous les jours, mobilisez-vous vers les CAERLE (Commission Administrative d’Etablissement des Listes Electorales) pour vous enrôler afin que vous soyez dans le fichier. Personne ne doit être en retard. D’ici la fin de ce mois, la révision va prendre fin, vous devez faire le porte-à-porte dans les quartiers, dans les secteurs, pour mobiliser vos voisins, pour mobiliser tous les sympathisants afin que chacun aille vérifier d’abord sa présence dans le fichier et ceux qui ne sont pas inscrits, qu’ils se fassent inscrire pour que l’électorat encore une fois augmente. C’est seulement à ce prix que notre OUI sera concrétisé. Ce fichier est le meilleur fichier dans la sous-région, n’en déplaise aux détracteurs. Ne suivez pas nos détracteurs de l’opposition. A chaque élection, ils commencent à dénigrer tantôt le fichier, tantôt le processus électoral. Ça, on les comprend. C’est leur nature. Ils le font pour montrer à la communauté internationale et à leurs militants, pour que le jour qu’on va proclamer les résultats, juste pour dire voilà pourquoi nous avons été battus. Mais, ne vous laissez pas entrainer. Ils sont aussi en train de se mobiliser dans les CAERLE… ».

Ibrahima Kalil Keïta, préfet de Faranah

De son côté, Ibrahima Kalil Keïta, préfet de Faranah, alternant le français et le Maninka, a dit son mécontentement face au refus de certains leaders de l’opposition d’aller aux élections législatives à la date indiquée par la CENI. Selon lui, le mandat des députés étant arrivé à terme, il n’y a aucune raison qu’on ne puisse pas aller aux élections législatives. « L’institution en charge des élections a dit qu’elle est prête à organiser les élections législatives. Alors, pourquoi rejetez-vous la date ? Le délai des députés est dépassé, les organisateurs sont prêts et toi, tu ne veux pas, qu’est-ce que tu veux ? Mais, ce qu’ils souhaitent, c’est qu’ils ne veulent pas que le président travaille. Ils veulent nous distraire tout le temps sur des futilités et après, ils viendront crier sur tous les toits qu’Alpha Condé n’a rien fait pour le pays. C’est tout ce qu’ils veulent. Ayons pitié de ce peuple. Acceptons de rentrer ensemble et de sortir ensemble afin que le pays puisse se développer davantage », a-t-il exhorté.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS