Siguiri : les Journées Nationales de la Jeunesse perturbées par des jeunes en colère

La deuxième journée des activités organisées dans le cadre des Journées Nationales de la Jeunesse a été perturbée dans la ville de Siguiri. Des jeunes en colère ont empêché la tenue d’une conférence initiée dans ce cadre, ce samedi 5 octobre 2019. Ils exigent que toute la lumière soit faite sur le budget du projet avant la suite des activités, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les Journées Nationales de la Jeunesse doivent se tenir à Siguiri du vendredi 04 au dimanche 06 octobre 2019. Mais, les choses commencent à tourner au vinaigre dans la cité avec une opacité présumée dans la gestion des fonds alloués à l’événement.

La journée de ce samedi a connu des perturbations. Des jeunes en colère contre les organisateurs dénoncent des dysfonctionnements dans l’organisation de ce forum. C’est ce que soutient Laye Diawara, porte-parole des jeunes. « Nous constatons un dysfonctionnement dans l’organisation. D’abord, quelques jours avant le forum, nous avons mis des commissions sur place qui étaient coordonnées par le préfet. Il y a eu un retard dans le financement. On m’avait dit que c’est le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba, qui devait venir avec l’argent. Personnellement, j’ai appelé le ministre au téléphone, il m’a répondu qu’il vient comme guinéen et natif de Siguiri, et non comme organisateur et que c’est une affaire du ministère de la jeunesse », a expliqué Laye Diawara.

En outre, le porte-parole de la jeunesse dénonce le flou artistique entretenu autour du montant alloué à cette fête. « D’après ce que j’ai appris, on a donné 80 millions de FG aux huit secrétaires généraux du RPG Arc-en-ciel, une autre somme à la commission d’assainissement, etc. Mais la somme venue pour le forum n’a jamais été déclarée officiellement ».

Devant cet état de fait, les jeunes disent que lumière sera faite sur les fonds alloués avant la suite des événements. « Aujourd’hui, ils sont venus dissoudre toutes les commissions. C’est seulement la commission d’accueil, la commission mobilisation et la commission d’organisation qui sont restées. Donc, nous nous disons que tant que l’affaire de budget ne sera pas claire, il n’y aura pas de conférence. Nous avons dit aux jeunes de sortir de la salle. Mais regardez, c’est maintenant qu’on repeint la salle qui doit recevoir les gens » se désole Laye Diawara.

Pour le moment, tous les cadres venus pour la conférence sont au bureau du préfet pour une réunion de crise tandis que les jeunes campent dehors. Ils exigent que toute la lumière soit faite avant la suite des activités.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS