Les cours ont repris timidement dans les institutions d’enseignement supérieur de la Guinée ce lundi, 07 octobre 2019. C’est le cas à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia où les autorités comptent mettre tout en œuvre pour une année universitaire réussie. L’annonce en a été faite par le recteur, Professeur Amadou Oury Koré Bah, dans un entretient accordé un reporter de Guineematin.com dans la journée de ce lundi moins d’une heure après le démarrage des cours.

L’université Général Lansana Conté de Sonfonia compte près de 20 mille étudiants. Toutefois, peu d’étudiants ont répondu présent ce lundi pour la reprise des cours au compte de l’année universitaire 2019/2020.

Pr Amadou Oury Koré Bah, recteur de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia

Pour le Professeur Amadou Oury Koré Bah, qui a sillonné plusieurs salles de classe, l’essentiel est que les cours ont effectivement démarré. Il a dit espérer que d’ici la fin de la semaine, les salles de classe vont faire le plein. « J’ai un sentiment de réconfort parce que l’ouverture des classe c’est aujourd’hui. Comme vous l’avez vu, nous sommes peut-être à la 6ème salle de classe, nous avons les étudiants et des enseignants dans les salles. Vous savez, lorsqu’on a une course à faire, on ne commence pas par la vitesse de croisière, on commence par une petite vitesse et on fonce. J’ai compté 40 étudiants dans une des salles, 50 de l’autre côté. Ce n’est pas évident que tout le monde soit là au premier jour. Mais déjà, les cours ont démarré et c’est ce qui nous intéressait pour le moment. Et j’ai constaté qu’il y avait un engouement du côté de ceux qui sont là. Et, j’estime qu’au fur et à mesure, d’ici la fin de la semaine, les classes seront remplies », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le recteur de l’Université de Sonfonia a indiqué que le défi est immense pour son institution cette année. « C’est pourquoi des dispositions idoines ont été prises pour boucler les modules conformément au calendrier universitaire. Le défi pour nous, c’est d’améliorer la qualité du service, la ponctualité des enseignants, c’est un défi que j’ai. Et puis le travail des étudiants, parce qu’un étudiant a par cours 150 heures de travail : 45 heures en classe, 105 heures en dehors de la classe, pour qu’il ait les 6 crédits. Il est difficile de faire comprendre aux gens que lorsqu’ils ne viennent pas en classe, ils doivent être en études ou à la bibliothèque, ou au laboratoire, ou à la maison. Il n’est pas dit qu’il faut être en classe pour étudier dans le système mondial auquel nous appartenons. Nous voulons faire mieux que les années passées. C’est le travail de tout le monde, l’amélioration de la gouvernance de l’enseignement et de la recherche, ça doit être amélioré. Nous avions des résultats très appréciables, mais nous en voulons plus », a-t-il fait savoir.

Selon nos informations, plus de 6 mille étudiants ont reçu leurs diplômes l’année dernière à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia. Normalement, plus de 5 mille autres doivent y être orientés au compte de cette année.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin