Aziz Diop, préfet de Kankan

La manifestation programmée par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) pour le 14 octobre 2019 trouble le sommeil des autorités de Kankan. Au lendemain de cette annonce, un communicant de l’Union des Fores Républicaines (UFR) à Kankan, semble être dans le collimateur du préfet Aziz Diop. Selon Ibrahim Simakan, le préfet l’aurait convoqué après un appel à la mobilisation lancé sur les réseaux sociaux pour la manifestation du FNDC, dont l’UFR est le fer de lance, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Tout semble être parti d’une publication sur les réseaux, dans laquelle Ibrahima Simakan, membre du bureau exécutif national des jeunes de l’UFR, appelle à la mobilisation. « Un rendez-vous à ne pas manquer, le lundi 14 octobre 2019 à Kankan, tous ensemble pour dire non au 3ème mandat et au referendum ».

Quelques heures après cette publication, son auteur dit avoir reçu un appel de la part du directeur préfectoral de la jeunesse l’informant qu’il est convoqué par le Préfet ce mardi, 8 octobre 2019, au bloc préfectoral au même titre que le président de la jeunesse et le chef du quartier Missira. « A 16 h, c’est d’abord le président de la jeunesse de notre quartier qui m’a appelé pour me dire que le préfet a besoin de nous, mais il ne m’a pas dit pourquoi. Ensuite, le directeur préfectoral de la jeunesse aussi m’a appelé pour me dire la même chose. Ainsi, j’ai informé les responsables de l’UFR et du FNDC à Kankan. Selon mes analyses, hier j’ai fais une publication sur la manifestation programmée par le bureau national du FNDC, parce que Kankan n’est pas en marge de la Guinée, nous on est prêt à respecter le programme du bureau national du FNDC, donc je pense que c’est pour ça que j’ai été convoqué par le préfet », a-t-il expliqué.

Selon nos informations, la rencontre entre le préfet, le président des jeunes et le chef du quartier Missira a eu lieu, mais Ibrahima Simakan n’y a pas pris part. « Je n’ai pas été appelé par le Préfet, c’est le directeur préfectoral de jeunesse et le président de la jeunesse de notre quartier qui m’ont appelé. Le préfet est une personnalité, mais je ne suis pas aussi n’importe qui à Kankan. Il peut m’appeler pour me dire qu’il veut me voir ».

Selon Moussa Keïta, président de la jeunesse du quartier Missira, qui a pris part à la rencontre, la préfet a dit qu’il veut la paix dans la cité « J’ai été à la rencontre, le préfet m’a dit qu’il veut la paix à Kankan, qu’il ne veut pas de soulèvement. Il nous a demandé de sensibiliser les gens pour ne pas qu’il y ait la pagaille à Kankan. Le préfet ne nous a pas dit si la publication de Simakan a quelque chose à voir avec la convocation, mais il a dit qu’il veut rencontrer chaque quartier pour la sensibilisation ».

Interrogé par le reporter de Guineematin.com, Aziz Diop a balayé d’un revers de main les accusations de Simakan et soutient que le jeune se fait de la publicité. « Franchement, je ne comprends pas ce jeune que je n’ai jamais rencontré, que je n’ai jamais appelé. Il est en quête de publicité et je ne lui donnerai pas cette opportunité. Ce qu’il faut savoir, à Kankan, il y a une majorité présidentielle, il y a des jeunes comme lui qui soutiennent la nouvelle constitution, et jusqu’au moment où je vous parle, je n’ai pas reçu un écrit de qui que ce soit pour dire qu’il y a une manifestation à Kankan le 14. Kankan, ce n’est pas Conakry. La réunion que j’ai tenue ce matin, c’était dans le cadre de la sécurisation du quartier, vous savez qu’il y a une recrudescence du banditisme à Kankan », a laissé entendre monsieur Diop.

La dernière fois que le FNDC a manifesté à Kankan, ses membres avaient été pris à partie par certains militants du RPG. C’était le 30 avril 2019. Il reste à savoir ce qu’il en sera le lundi 14 octobre dans une ville acquise au parti au pouvoir.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin