La distribution des formulaires d’identification des électeurs en prélude aux élections législatives du 28 décembre 2019 a démarré depuis quelques jours dans la capitale guinéenne. La démarche, qui vise à identifier et relever les anomalies avant l’établissement des listes électorales, ne connait pas un réel engouement. En plus de certaines anomalies signalées, les agents déployés sur le terrain n’ont pas de frais de nourriture et ne connaissent pas la valeur de leurs primes, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est le cas au quartier Kipé Dadia, dans la commune de Ratoma, où de nombreuses plaintes sont enregistrées dans la journée de ce mercredi 08 octobre 2019.

Diarra Camara, vice-président de la CAERLE du secteur 1 de Kipé

Selon Diarra Camara, vice-président de la Commission Administrative d’Etablissements et de Révision des Listes Electorales (CAERLE) du secteur 1 de Kipé, les citoyens de temps en temps pour récupérer les formulaires. « Je peux vous dire jusqu’ici, la situation est bonne depuis que nous avons commencé ce processus, le dimanche 06 octobre. Les citoyens viennent de temps en temps pour récupérer leur formulaire de fiches d’identification. Par jour, nous pouvons dire qu’il y a une soixantaine de personnes qui viennent récupérer leurs cartes », a-t-il expliqué.

En outre monsieur Diarra Camara a fait savoir que quelques anomalies ont été enregistrées sur les fiches d’identification. « Nous avons enregistré quelques anomalies sur les fiches de renseignements, tels que les cas de doublons des fiches d’identification. Il y a une personne qui reçoit deux fiches renseignement, il y en a également d’autres qui ont leur date de naissance modifiée, il y a des déplacés. Mais, nous arrivons à nous en sortir. Depuis que nous sommes là, nous nous débrouillons nous même pour le moment, nous avons demandé aux commissaires certains éclaircissements par rapport à ça. Pour le moment nous sommes là et l’esprit patriotique nous anime, même s’il y a des difficultés on s’en passe parce que c’est notre patrie avant tout », a-t-il laissé entendre.

Thiemoko Sylla, président de la CAERLE du secteur 3 Gassamayah, quartier Kipé Dadia

Au secteur 3 Gassamayah, du quartier Kipé Dadia, Thiemoko Sylla, président de la CAERLE, parle également de doublons et de citoyens qui n’ont pas retrouvé leurs fiches d’identification. « L’évolution de la distribution se passe bien, il n’y a pas eu assez de problèmes. Depuis dimanche, les gens viennent chercher leurs fiches d’identification. Seulement, nous avons enregistré le cas de deux doublons, nous avons également enregistré 18 cas qui n’ont vu leurs fiches », a-t-il révélé.

Cependant, Thiemoko Sylla n’a pas caché son agacement face à un certain flou qui entoure leur situation, entretenue par la CENI. « Depuis que nous avons commencé ce processus, nous ne connaissons même pas les primes qui nous seront donnés après ce travail, sans oublier que nous ne gagnons pas également de quoi manger, de 8 heures à 18 heures. Ce sont les femmes qui sont à côté qui nous servent de la nourriture. Mais, nous voulons savoir combien il vont nous donner comme prime pour ce travail ».

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin