Dr Mouctar Diallo, médecin au service de la Chirurgie Oncologique de l’hôpital Donka

Dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus, une campagne de dépistage gratuit de ces deux maladies qui frappent la couche féminine a été lancée à Conakry ce jeudi, 10 octobre 2019. Elle est initiée par l’Association Guinéenne pour la Lutte contre le Cancer du Sein et se tient à la polyclinique Médisar de Kaporo centre, dans la commune de Ratoma. Pendant cette 3ème édition, les consultations se font durant tout le mois d’octobre chaque jeudi, vendredi et samedi, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon Dr Mouctar Diallo, médecin au service de la Chirurgie Oncologique de l’hôpital Donka, membre de l’Association Guinéenne pour la Lutte contre le Cancer du Sein, « cela fait 25ans, partout dans le monde, que le mois d’octobre est dédié au dépistage gratuit du cancer du sein. En Guinée, cela fait 3 ans que nous faisons cette activité. Nous avons initié cette activité pour faire la sensibilisation contre le cancer du sein et le col de l’utérus. Depuis toujours, le cancer en général, et celui du sein, du col de l’utérus en particulier, c’est quelque chose de tabou. On en parle peu, pourtant c’est une réalité. Lorsque vous partez dans les différents services de cancérologie du pays pour faire le constat, les chiffres sont vraiment alarmants. Le cancer du sein et du col de l’utérus existe bel et bien et le traitement s’effectue à l’hôpital ».

Parlant des chiffres à sa disposition, Dr Mouctar Diallo a fait savoir que « durant ces trois ans d’activités, nous avons pu dépister 1500 femmes, et parmi ces femmes dépistées, le constat est que la plupart d’entre elles ont le cancer du sein ou celui du col de l’utérus. Alors, il faut leur faire comprendre que plus le cancer est diagnostiqué très tôt, plus on a la forte chance de guérir. C’est la raison pour la quelle on a lancé cette campagne qui va durer tout le mois d’octobre ».

En outre, le médecin lance un appel aux femmes de venir se faire dépister et éventuellement se faire traiter tout en évitant les facteurs de risque. « Je lance un appel à toutes les femmes de comprendre que le cancer du sein et celui du col de l’utérus existe et le traitement s’effectue à l’hôpital et non à la médecine traditionnelle. Il ne faut pas quelles pensent que le traitement n’existe pas. Tout cancer se traite, les médicaments existent et le traitement s’effectue mais de préférence il faut le voir très tôt pour pouvoir agir. Donc, il faut aller vers les hôpitaux et bannir les facteurs qui sont liés à la cause du cancer du sein et du col de l’utérus. Eviter l’alcool, faire des exercices physiques, et justement venir faire le dépistage car c’est un dépistage qui est gratuit et qui se fait durant tout le mois d’octobre ».

Interrogées par Guineematin.com, de nombreuses femmes ont exprimé leurs sentiments face cette initiative. Pour Hadja Issa Barry, fonctionnaire de son état, cette campagne est très importante car elle permet aux femmes de connaitre leur statut.

Hadja Issa Barry

« J’ai eu l’occasion de le faire au moins 3 fois, et régulièrement, je le fais à chaque fois que l’occasion se présente, car je sais que c’est une maladie, si elle n’est pas dépistée, elle peut causer beaucoup de problèmes, la guérison devient difficile et qui peut même occasionner le décès de la personne. Ce qui m’a motivé de venir ici, c’est du fait qu’on a été conseillé par l’institut de santé publique qui m’a orienté vers ici. Et le dépistage est très important car, plus le dépistage est précoce, plus on a la chance de guérir la maladie. Mais, si vous attendez que la maladie se déclenche à un niveau très accéléré, la guérison va être difficile et les prises en charge aussi sont très coûteuses. Donc, j’invite chaque femme de le faire à chaque fois que l’occasion se présente. Et du coté du gouvernement, ils doivent accélérer la sensibilisation envers les femmes pour qu’elles prennent conscience par rapport aux dangers de ces maladies, et essayer de voir comment faire pour effectuer une prise en charge de ces femmes qui ont été victimes des ces maladies, parce que généralement toutes les femmes qui sont victimes sont des femmes très démunies », a-t-elle laissé entendre.

Madame Aïssatou Bella Diallo

Pour Aissatou Bella Diallo, qui a déjà effectué le dépistage, elle se dit satisfaite du travail effectué et appelle toutes les femmes à le faire. « Vous savez, il faut toujours connaître l’état de sa santé et ne pas attendre jusqu’à ce qu’on tombe malade pour venir faire son dépistage. C’est quelque chose qui est vraiment essentiel. J’encourage toutes les femmes à venir pour connaître leur état de santé, de ne pas attendre jusqu’à la dernière minute pour venir. Moi, c’est ma deuxième fois de le faire et heureusement pour moi le diagnostic est négatif ».

Aissatou Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin