La ville de Kankan vit aujourd’hui dans une insécurité grandissante. Les braquages à main armée et autres attaques nocturnes ont refait surface dans la cité. Dans le souci de stopper l’hémorragie, les autorités préfectorales, communales et les services de sécurité ont décidé de faire appel à la jeunesse locale. C’est dans cette dynamique qu’une réunion de concertation s’est tenue ce samedi, 12 octobre 2019, à la maison des jeunes où plusieurs mesures ont été prises, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’heure n’est plus aux déclarations et autres condamnations. Les autorités de Kankan ainsi que les services de sécurité décident de prendre le taureau par les cornes pour lutter contre le banditisme qui sévit dans la commune urbaine. Ce samedi, c’est le Colonel Aboubacar Diakité, de la troisième région militaire, qui a pris la parole pour lancer un appel aux citoyens, notamment les jeunes. « Il fallait qu’on vous rencontre pour vous donner la parole, pour connaitre votre point de vue, si nous avons votre point de vue et celui des autorités par rapport à l’insécurité, nous les services de défense et de sécurité, nous pourrons mieux jouer notre rôle parce que vous allez nous fournir des renseignements. Vous allez collaborer avec nous, ça permettra de sécuriser la ville ».

Les jeunes se sont montrés ouverts à la proposition des autorités, mais ont posé certaines conditions. Selon Laminedjan Kaba, un des porte-paroles des jeunes, cette opération ne sera possible que s’il y a des numéros verts pour contacter les services de sécurité et des pièces d’identités pour les patrouilleurs. « Nous on est des civiles. Les bandits sont des civiles aussi. Mais, pour bien faire notre travail, les services de sécurité doivent nous aider à avoir des numéros verts sur lesquels on peut les joindre rapidement. Ensuite, il faut qu’on trouve des pièces d’identité pour les jeunes patrouilleurs. Mais aussi, on a peur de quelque chose, si on attrape un bandit et qu’on le remet aux autorités, le lendemain on le voit encore au dehors ».

Aziz Diop, préfet de Kankan

Le Préfet de Kankan, Aziz Diop, a promis des actions concertées pour arriver à juguler l’insécurité dans la capitale de la Haute Guinée. « On va redynamiser les comités de vigilance dans les quartiers, on va faire les cartes pour les jeunes, nous allons aussi donner 4 numéros successifs. Des dispositions vont être prises. Les patrouilles, ça sera dans la journée et dans la nuit. Mais les numéros verts ne seront pas donnés à n’importe qui. On va protéger tout le monde », a-t-il promis.

Il faut rappeler que les braquages à main armée sont devenus monnaie courante à Kankan. Les bandits ont changé leur méthode opératoire : si par le passé les braquages se passaient en pleine nuit (entre 2h et 3h), ces derniers temps, les malfaiteurs agissent entre 19 heures et 21 heures.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin