Une maison d’habitation a pris feu dans la journée d’hier vendredi, 11 octobre 2019, au quartier Sinania, dans la commune urbaine de Kindia. Il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais d’importants dégâts matériels ont été enregistrés malgré la présence des sapeurs pompiers, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le bâtiment en question est composé de 5 chambres et d’un salon, bâti a bord de la route qui mène au siège du gouvernorat. Il abritait plusieurs familles, dont celle d’un gendarme. Le sinistre s’est déclaré aux environs de 16 heures, faisant plusieurs dégâts matériels.

Amadou Camara, un des témoins de la scène, a expliqué comment le feu a été maitrisé en présence des sapeurs pompiers, qui n’ont rien fait. « C’est entre 15h et 16h qu’on a constaté la présence du feu dans la maison de notre voisin. On a vite informé les sapeurs-pompiers qui sont aussitôt venus. Ils ont tout fait, mais leur moteur a refusé de s’allumer. Alors nous les jeunes, nous nous sommes battus pour maitriser le feu qui s’était déjà propagé pour réduire en cendre le contenu de la maison », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, Abdoulaye Bangoura, professeur de Mathématiques au lycée du 28 septembre de la commune urbaine, dit avoir tout perdu. « Je ne peux pas estimer sur place ce que le feu vient de consumer. Mais, j’ai presque tout perdu. Mes dossiers depuis que je suis enseignant, les documents, les papiers de mes enfants, ma dépense et beaucoup d’autres choses sont brûlés chez moi », a-t-il fait savoir.

Le gendarme Amadou Camara, en service à l’escadron mobile numéro 7 de Kindia, l’une des victimes de l’incendie, se montre fataliste. « Honnêtement, je ne sais quoi dire. J’ai perdu beaucoup de choses. Avec mon état-là, je ne peux même pas les citer. Mais, ce n’est rien. Parce que c’est Dieu qui a fait son travail ».

Interrogé sur l’incapacité des sapeurs pompiers à allumer leur moteur, le gendarme se montre également fataliste. « Tu sais, je ne peux pas dire beaucoup de choses sur ça. Je ne peux pas dire que c’est leur faute ou leur négligence. Parce que quand on les a appelés, ils sont venus, même s’ils n’ont pu rien faire à cause de leur moteur. L’homme doit savoir que tout ce qui doit arriver arrive forcement. Les sapeurs-pompiers, leur moteur était tout neuf aujourd’hui, mais ils ne pouvaient rien faire pour cet incendie ».

L’origine de cet incendie n’est pour le moment pas connue et les victimes ont passé leur première nuit d’hier vendredi à la belle étoile.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin